Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    LA RUSSIE ANNULE LE GROS DE LA DETTE DU LAOS

    Economie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 24 juin (RIA Novosti). La Russie et le Laos ont signé un mémorandum sur le règlement réciproque de la dette contractée sous forme de crédits, a annoncé le premier ministre russe, Mikhaïl Kassianov, à l'issue des pourparlers qu'il a eus avec son homologue laotien, Boungnang Vorachit.

    Selon Mikhaïl Kassianov, le document stipule que la Russie annule 70 pour cent de la dette du Laos, le reliquat, soit 380 millions de dollars, sera remboursé en roubles pendant 33 ans à un taux d'intérêt préférentiel.

    Le premier ministre russe a indiqué que la Russie avait pris cette décision étant donné que selon la classification internationale le Laos se rapporte aux pays émergents et aussi compte tenu des rapports particuliers entre les deux Etats.

    La Russie espère que les conditions avantageuses de remboursement permettront aux autorités laotiennes de réaliser des programmes socio-économiques visant le relèvement du niveau de vie des Laotiens, a déclaré Mikhaïl Kassianov.

    Le chef du gouvernement russe a fait remarquer que le règlement du problème des anciennes dettes allait favoriser la coopération de la Russie et du Laos dans tous les domaines, y compris le domaine technico-militaire. Nous envisageons cette coopération avec le Laos car nous savons que les forces armées de ce pays ont besoin d'être modernisées, a souligné Mikhaïl Kassianov.

    Selon celui-ci, la Russie entend aussi participer à la modernisation des ouvrages construits au Laos par l'Union soviétique et y construire de nouvelles entreprises.

    Mikhaïl Kassianov a annoncé que Boungnang Vorachit l'avait invité à se rendre au Laos.

    Lire aussi:

    L’Ukraine devra payer sa dette de 3 mds USD à Moscou sur décision d’un tribunal londonien
    Biathlon de chars de combat: la compétition démarre
    La Suède s’est souvenue d’une dette nord-coréenne d’il y a 43 ans
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik