Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le vice-premier ministre Viktor Khristenko évalue les conséquences de l'élargissement de l'UE pour la Russie

    Economie
    URL courte
    0 1 0 0
    MOSCOU, 1er décembre /RIA-Novosti/. L'élargissement de 'Union européenne aura des conséquences contradictoires pour les intérêts de la Russie dans l'Europe centrale et de l'Est, a déclaré le vice-premier ministre russe Viktor Khristenko à la "table ronde" des industriels de Russie et de l'Union lundi à Moscou.

    D'après des prévisions, la Russie essuiera des pertes considérables en matière d'exportation de produits énergétiques, de métaux et de matériaux nucléaires.

    En premier lieu, les rapports entre la Russie et les pays de l'Europe centrale et de l'Est se compliqueront suite à la disparition de la base juridique de leurs rapports bilatéraux, puisque ces pays passeront à la législation de l'UE. "Le vide juridique risque de créer à brève échéance des difficultés assez sérieuses dans nos rapports commerciaux et civils avec les pays candidats", a précisé le vice-premier ministre.

    A titre d'exemple, Viktor Khristenko a cité le refus, de la part de l'Union, de comprendre, au premier tour de négociations, la nature de la question de commerce de l'acier. Le vice-premier ministre a expliqué que les quotas doivent non seulement préserver les flux de marchandises existants mais aussi garantir le développement de la coopération entre l'UE et la Russie. Il a exprimé l'espoir qu'au deuxième tour - la semaine prochaine - une solution serait trouvée "sous forme d'augmentation en pourcentage des quotas".

    Viktor Khristenko a constaté que des "doubles standards" sont toujours appliqués à l'encontre des entreprises russes. Il y a un an, a-t-il rappelé, l'Union a consacré le statut de marché de l'économie russe sur le plan législatif, mais cette consécration ne se répercute pas dans tous les cas sur la pratique.

    Le vice-premier ministre a exprimé des remarques à l'égard du passage des nouveaux membres de l'Union à un taux unique du tarif douanier. L'Union assure que, dans l'ensemble, ce taux est inférieur aux tarifs en vigueur dans les pays de l'Europe centrale de l'Est à l'égard de la Russie. "Ce n'est pas mal dans l'ensemble mais c'est un problème grave pour ce qui est de certaines marchandises sensibles", a indiqué Viktor Khristenko.

    L'adhésion de 10 pays de l'Europe centrale et de l'Est à l'Union européenne changera radicalement la situation géopolitique et économique en Europe, a rappelé le vice-premier ministre. La part de l'Europe dans le commerce extérieur russe passera de 35-38% aujourd'hui à 51%. "Il est d'importance fondamentale que l'élargissement de l'Union contribue à la suppression des lignes de partage et que l'UE manifeste la même compréhension à l'égard des préoccupations de la Russie que celle que manifeste la Russie en prenant en ligne de compte les intérêts de l'Union", a indiqué Viktor Khristenko.

    Lire aussi:

    Quel avenir pour une Europe «à deux vitesses»?
    Qu'écrivaient les médias sur la création de l'UE il y a 25 ans?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik