Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    LUKOIL optimiste quant à sa participation au projet pétrolier en Irak

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 13 janvier (RIA-Novosti). Le russe "LUKOIL" considère comme prometteuse sa participation à la mise en œuvre du projet "West Qurna-2" en Irak. C'est ce qu'a déclaré le vice-président de la compagnie pétrolière Leonid Fedoun, en intervenant mardi à une conférence de presse.

    Quoi qu'il en soit, il n'a pas voulu commenter le déroulement des négociations sur cette question précise avec la partie irakienne. "D'ici la future visite officielle en Irak de Vaguit Alekperov, nous n'allons pas commenter la situation en la matière", a indiqué Leonid Fedoun.

    Rappelons que fin décembre dernier, le président de "LUKOIL" - Vaguit Alekperov - a eu des négociations avec le président du Conseil intérimaire de gouvernement irakien(CIG), Abd al-Aziz Baqr al-Hakim, sur la reprise du contrat de mise en valeur du gisement de pétrole à West-Qurna.

    Somme toute, la direction de "LUKOIL" a alors évalué ladite rencontre comme le début de la mise en œuvre de son contrat en Irak.

    Le contrat en question avait été signé en mars 1997 pour 23 ans aux termes de l'accord sur le partage du produit et peut être prorogé d'encore 5 ans. Les réserves avérées du gisement y sont évaluées à 6 milliards de barils de pétrole.

    L'ancien régime des sanctions frappant l'Irak après la guerre du Golfe ne permettaient tout simplement pas aux compagnies russes de réaliser leurs projets pétroliers en Irak.

    Toujours est-il que le président du Conseil intérimaire de gouvernement irakien, Abd al-Aziz Baqr al-Hakim, a réaffirmé à RIA-Novosti en décembre dernier que la Russie pouvait participer à l'appel d'offres internationales pour le redressement économique de l'Irak et ce, sur un pied d'égalité avec tous les autres pays en dépit des déclarations de l'administration américaine prétendant notamment que seuls les pays faisant partie de la coalition avec les USA pouvaient y participer.

    Lire aussi:

    Moscou et Téhéran en route vers la signature de contrats pétroliers
    Le Kurdistan dispose d’environ 3% des réserves mondiales de pétrole
    Bagdad n’entend pas s’ingérer dans les affaires intérieures de ses voisins
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik