Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Pas de consensus sur les livraisons de gaz entre les compagnies russe et biélorusse

    Economie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 20 janvier (RIA-Novosti). Le président du Conseil d'administration de la société russe Gazprom, Alexeï Miller, et le directeur général de la compagnie biélorusse Beltransgaz, Piotr Petoukh, n'ont pas abouti à un accord sur les livraisons de gaz russe vers la Biélorussie en 2004. C'est ce qui est indiqué dans un communiqué de presse de Gazprom parvenu mardi à RIA-Novosti.

    Selon le communiqué, les négociations n'ont progressé ni dans le domaine des livraisons de gaz, ni en ce qui concerne la création d'une société mixte. Dans ce contexte, Gazprom a suspendu les livraisons de gaz vers la Biélorussie à partir du 1-er janvier 2004. Tout le volume de gaz consommé par la république est assuré par les fournisseurs indépendants.

    Le 12 avril 2002, les gouvernements des deux pays ont signé des accords sur la création de conditions égales dans le domaine de la politique des prix et sur l'élargissement de la coopération dans le secteur gazier. Conformément au premier accord, depuis le 1-er mai 2002 Gazprom a livré à la Biélorussie du gaz naturel aux prix en vigueur à l'intérieur de la Russie. La Biélorussie, pour sa part, en vertu du deuxième accord, devait assurer les conditions pour créer une joint-venture de transport de gaz sur la base de Beltransgaz. En 2003, Gazprom a entièrement rempli ses obligations concernant les livraisons de gaz en Biélorussie (le volume de gaz livré s'est élevé à 10,2 milliards de mètres cubes).

    Depuis le 1-er janvier 2004, la Biélorussie est alimentée par des fournisseurs indépendants, qui doivent livrer en janvier quelque deux milliards de mètres cubes de gaz.

    Lire aussi:

    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    Gaz russe: quels avantages pour l’Europe?
    Le russe Gazprom exporte une quantité de gaz record grâce à une «Bête de l’Est»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik