Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Découverte d'un important gisement de diamants en Bachkirie

    Economie
    URL courte
    0 0 0
    OUFA, 11 mars - RIA-Novosti. Des roches diamantifères, d'un potentiel estimé à 1,5 à 3 milliards de carats (1 carat est égal à 0,2 g), ont été découvertes en Bachkirie, une république dans l'est de la Partie européenne de la Russie. Selon les géologues, ce gisement est très proche, quant à ses caractéristiques, à la pipe diamantifère d'Argayle, situé dans l'Australie occidentale. Les réserves australiennes, - le continent vert est un de plus gros producteurs mondiaux de ces pierres précieuses - se montent à 0,5 milliard de carats.

    Guennadi Kouznetsov, géologue chef de Minas-Iraklion, une société de prospection géologique bachkir, affirme que des têtes de pipes diamantifères occupent une vaste superficie dans le district de Beloretsk, à l'ouest de la république. Des travaux géologiques y ont été menés depuis 2000 et, fin 2003, une expertise spéciale a confirmé la teneur en diamants des roches.

    La prospection géologique sera l'étape suivante des travaux en cours.

    Selon les chercheurs de l'Institut de géologie de Bachkirie, les roches découvertes sont analogues quant à leurs performances à un gisement de diamants dans la région de Perm voisine où leur production industrielle est menée depuis plus 50 ans déjà.

    Le nouveau gisement est situé à proximité immédiate de grandes routes, de lignes de transport d'électricité et d'autres communications industrielles. Sa mise en valeur, estiment les spécialistes bahckirs, reviendra de ce fait nettement moins cher que l'exploitation des gisements de Perm et de Yakoutie (ce dernier est aujourd'hui la principale productrice de diamants russes).

    Lire aussi:

    Le plus gros diamant jamais taillé en Russie sera mis aux enchères
    «La réalisation ultime» des tailleurs de diamant russes a trouvé son acheteur
    Une Américaine découvre un diamant de 2,65 carats dans un parc naturel
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik