Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le consortium d'investisseurs étrangers prêt à éteindre les dettes de Ioukos en échange des actions de Khodorkovski

    Economie
    URL courte
    0 0 0
    LONDRES, 30 juillet. /De notre correspondant Alexandre Smotrov/. Le consortium d'investisseurs étrangers ne renonce pas à l'idée de rembourser les dettes de Ioukos en échange des actions de l'ex-patron du groupe pétrolier, Mikhaïl Khodorkovski, a déclaré vendredi dans une interview à RIA Novosti l'attaché de presse du consortium, Charles Steward-Smith.

    Le consortium qui a son siège en Grande-Bretagne a envoyé le 23 juillet aux autorités de la Russie une lettre proposant d'amortir les dettes de Ioukos en échange de ses actions appartenant à Khodorkovski.

    "Nous n'avons pas encore reçu de réponse, ce qui ne nous étonne d'ailleurs pas car il s'est passé très peu de temps", a dit Charles Steward-Smith.

    Interrogé sur ce que le consortium a fait cette semaine et sur l'existence de contacts avec des représentants de Ioukos, il a dit : "Nous avons envoyé à Ioukos une copie de notre lettre mais aucune rencontre avec ses représentants n'a eu lieu".

    "Nous voulons d'abord prendre une décision politique avant d'étudier les propositions financières. La progression de l'affaire dépendra donc de la date à laquelle nous aurons la réponse", a déclaré le représentant du consortium.

    "Dès que nous saurons quelque chose de neuf, nous informerons l'opinion publique de l'évolution de la situation", a assuré l'attaché de presse qui a préféré ne pas divulguer la composition du groupe qu'il représente.

    "La seule chose que je peux dire, c'est que parmi les grandes figures il y a Konstantin Kagalovski, ancien actionnaire et employé de Ioukos", a confié Charles Steward-Smith.

    Lire aussi:

    Le tribunal de Bruxelles lève le gel des actifs russes en Belgique, dont ceux de Sputnik
    Affaire Ioukos: les ex-actionnaires retirent la plainte contre la Russie en Belgique
    Ioukos: les ex-actionnaires renoncent aux actifs russes, la justice russe confirme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik