Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La Russie et la Chine vont signer des contrats gazier et pétrolier

    Economie
    URL courte
    0 0 0
    PEKIN, 26 août - RIA Novosti. La Russie et la Chine ont l'intention de signer des contrats de coopération concernant les livraisons de gaz et de brut, a annoncé jeudi, à l'aéroport de Pékin, le ministre russe de l'Industrie et de l'Energie, Viktor Khristenko, en commentant le bilan de la sixième réunion de la sous-commission russo-chinoise pour la coopération énergétique.

    Le ministre russe a annoncé qu'en ce qui concerne la coopération gazière et pétrolière les parties avaient convenu de la nécessité de préparer de nouveaux documents bilatéraux.

    Avec nos collègues chinois nous sommes partis du fait que la coopération gazière et pétrolière reposait sur le long terme. Ces deux secteurs sont stratégiques, c'est pourquoi il est indispensable de les doter d'une base légale, a déclaré Viktor Khristenko.

    Le ministre a également indiqué que les décisions qui seront prises dans les domaines mentionnés dépendraient des résultats de l'examen de la stratégie nationale énergétique qui va être fait en Chine.

    Pour nous il est extrêmement important que des sources officielles nous fassent connaître les perspectives et les orientations des marchés pétrolier et gazier chinois. Aussi avons-nous demandé à nos partenaires chinois de nous fournir des indications sur la stratégie énergétique chinoise pour que nous puissions guider les compagnies et le gouvernement russes dans cette coopération, a dit Viktor Khristenko.

    Nous avons communiqué à la Chine notre stratégie énergétique jusqu'à 2020, a ajouté le ministre.

    Viktor Khristenko a indiqué que la sous-commission s'était également penchée sur la situation relative au pipeline Russie-Chine. Selon le ministre, nous avons informé nos partenaires du stade où se trouve l'élaboration du projet. Nous les avons aussi prévenus que le gouvernement ne pourra officiellement examiner le dossier qu'une fois réalisées les expertises écologique et technique.

    Ces expertises pourraient réclamer six mois. Nous aurons la possibilité d'actualiser la question du pipeline Russie-Chine après le début de son examen par le gouvernement, a dit le patron du ministère de l'Industrie et de l'Energie.

    En ce qui concerne le tracé du tuyau en territoire russe, c'est une affaire intérieure de la Russie, a souligné Viktor Khristenko.

    La construction du pipeline comporte deux projets: jusqu'au port de Nakhodka, sur le Pacifique (pour livrer le pétrole sibérien sur les marchés japonais, sud-coréen et, éventuellement, américain) et l'itinéraire chinois vers Daqing. Le choix dépend de nombreux facteurs, notamment de l'importance des réserves de brut dans les régions d'extraction potentielle, de la consommation intérieure russe, des prix mondiaux, des prévisions concernant la consommation dans les pays acheteurs, des intérêts stratégiques de la Russie, de l'intéressement et de la position prise par les partenaires étrangers potentiels.

    Le ministre russe de l'Industrie et de l'Energie s'est déclaré certain que les livraisons ferroviaires de brut à la Chine continueraient d'augmenter. Cette année 6,5 millions de tonnes de brut devraient être acheminées en Chine par ce mode de transport; 10 millions de tonnes en 2005 et 15 millions l'année suivante, a indiqué Viktor Khristenko.

    Selon celui-ci, les livraisons de brut russe à la Chine auront une forte incidence sur les échanges entre les deux pays. Pour le ministre, cette année leur chiffre d'affaires devrait être de l'ordre de 20 milliards de dollars.

    Viktor Khristenko a également souligné que le protocole qui a été signé à l'issue de la réunion ne mentionne pas de chiffres concrets concernant les livraisons de pétrole. Cette question est du ressort non pas du gouvernement russe, mais des compagnies. Nous ne faisons que créer des conditions pour la réalisation des projets, a dit le ministre.

    A l'heure qu'il est, les livraisons de brut par fer sont assurées par la compagnie pétrolière Youkos.

    S'agissant de la coopération électrique, le ministre de l'Industrie et de l'Energie a relevé qu'il fallait développer le commerce de courant frontalier, tout particulièrement avec le nord-est de la Chine. Le chiffre de 160 millions de kWh sur lequel les parties s'étaient entendues en 2003 pourrait être sensiblement augmenté, a souligné Viktor Khristenko.

    La sixième réunion de la sous-commission russo-chinoise pour la coopération énergétique de la commission chargée de préparer les rencontres régulières des chefs de gouvernement russe et chinois s'est réunie à Pékin le 25 août. Une réunion du groupe de travail pour le pétrole, le gaz et l'électricité a eu lieu dans son cadre, de même qu'une rencontre de Viktor Khristenko avec le président du Comité chinois pour le développement et la réforme, Ma Kai.

    Lire aussi:

    Moscou et Pékin adopteront une feuille de route sur la coopération militaire
    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    Quand la Russie et la Chine se lancent dans la bataille médiatique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik