Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    L'évolution du paysage économique modifie celui de la pauvreté en Russie, selon la Banque mondiale

    Economie
    URL courte
    0 6 0 0
    MOSCOU, 22 septembre - RIA Novosti. L'évolution du paysage économique modifie sensiblement celui de la pauvreté en Russie, a estimé l'économiste en chef de la Banque mondiale, Radwan Shaban, en présentant mercredi au Haut Collège d'économie de Moscou, un rapport sur la pauvreté en Russie.

    "La pauvreté en Russie n'est pas profonde, et une grande quantité de Russes sont concentrés autour du seuil de pauvreté, ce qui crée une situation dans laquelle une modification du paysage économique entraîne de fortes variations du nombre de pauvres", a-t-il constaté.

    Selon lui, le taux de pauvreté est supérieur parmi la population rurale. "D'après les estimations, près de 30,4% de la population rurale vivent dans la pauvreté contre 15,7% de la population urbaine", a indiqué Radwan Shaban.

    En outre, les moins de 16 ans sont très exposés au risque de se retrouver au-dessous du seuil de pauvreté. "Le taux de pauvreté pour cette catégorie frise les 25%", a-t-il ajouté.

    Selon le rapport, les régions russes les plus pauvres sont le Caucase du Nord, la Sibérie méridionale et le Centre.

    Les bas salaires et la faible productivité du travail sont les principaux facteurs de pauvreté. "La plupart des travailleurs dont les salaires sont au-dessous du seuil de pauvreté sont concentrés dans l'agriculture, l'enseignement, la culture et la santé", a ajouté l'économiste en chef de la Banque mondiale.

    La pauvreté est aggravée par les disparités sociales, a constaté Radwan Shaban, avant de faire remarquer que "si les disparités russes sont les plus fortes parmi les pays de la CEI, elles sont modérées sur le plan international".

    De l'avis de la Banque mondiale, l'adhésion de la Russie à l'OMC est un élément important du programme de la croissance et des réformes économiques dans le pays qui lui promet des avantages substantiels.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik