Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La crise de confiance dans les banques russes aux Etats-Unis

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 5 novembre - RIA-Novosti. L'United Bank of California (UBoC) a informé les banques correspondantes russes qu'elle cessait son activité en Russie et qu'elle supprimerait leurs comptes correspondants à partir du 30 décembre. Environ 300 banques qui travaillent dans les pays de la CEI (240 sont russes) seront contraintes de chercher un nouveau partenaire.

    "On peut dire que nous traversons actuellement une crise de confiance", a déclaré au quotidien "Kommersant" Roman Kortava, vice-président et directeur du département international de l'UBoC. Selon lui, "l'une des causes principales en est l'attitude préconçue de certains fonctionnaires et banquiers américains envers les banques russes". Un grand nombre d'entre eux estiment que les banques des pays de la CEI ne contribuent pas au blanchiment d'argent, mais qu'elles ne l'empêchent pas non plus. De plus, les schémas off shore largement employés en Russie mettent les Américains sur leurs gardes.

    La filiale de l'ABN Amro hollandaise à New York était la première à fermer (en mai) les comptes des banques russes, en l'expliquant par le rendement insuffisant de la plupart des services. Pourtant, Roman Kortava dit que l'activité de l'UBoC était assez rentable, qu'elle lui rapportait 15 à 20 millions de dollars par an.

    Les banquiers russes sentent ces derniers temps les exigences croissantes de la Réserve Fédérale des Etats-Unis. C'est à sa "pression" qu'on attribue la fermeture des comptes correspondants par l'UBoC dans les établissements de crédit russes d'envergure modeste. Les grandes banques américaines affirment qu'elles ne sont prêtes à travailler qu'avec les banques russes figurant parmi les cent grands établissements, en avançant des exigences très rigides.

    Lorsque la Bank of New York a liquidé la majeure partie des comptes des banques russes, l'UBoC restait presque le dernier rempart des banques russes aux Etats-Unis, font remarquer les experts. A présent, les petites banques devront probablement jouir des services de leurs collègues russes plus importants, ce qui peut avoir des effets néfastes sur la vitesse et le montant des paiements.

    Lire aussi:

    Les plus grandes banques chinoises gèlent des comptes nord-coréens
    Banque mondiale: la Russie annonce les conditions de sa participation à la capitalisation
    Les banques russes, nouvelles cibles des radicaux ukrainiens
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik