Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La libéralisation du marché des titres de Gazprom s'opère parallèlement à la restructuration de la société

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    LA HAYE, 11 novembre - RIA Novosti. Le processus de libéralisation des titres de Gazprom est étroitement lié à la restructuration du plus grand holding gazier russe, a déclaré le ministre russe de l'Industrie et de l'Energie, Viktor Khristenko.

    "En fait, ce sont deux processus qui se déroulent simultanément", a-t-il précisé en répondant à la question sur le délai de la libéralisation des actions du géant gazier.

    D'une part, il s'agit d'authentifier la participation de l'Etat au capital du holding, de la rendre absolument transparente, en d'autres termes, de légaliser la possession par l'Etat du bloc de contrôle de la société. Ce processus implique la fusion de Gazprom et de Rosneft.

    L'autre processus qui démarre pour se poursuivre sans limitation aucune est la libéralisation du marché des titres de Gazprom, a expliqué le ministre. Il consiste à supprimer la cloison qui sépare les deux segments du marché : celui des opérateurs étrangers et celui des opérateurs non étrangers, a-t-il résumé.

    Viktor Khristenko a souligné tout particulièrement que ces processus sont liés entre eux. Il y a cependant une condition : l'Etat n'a pas l'intention de se défaire de son paquet d'actions de Gazprom.

    "La procédure de fusion et, finalement, d'inscription des modifications au registre légalisant l'Etat dans sa qualité d'actionnaire possédant le bloc de contrôle (au moins 51% des actions) demande du temps. Il importe donc non seulement d'engager les institutions concernées dans ce processus mais aussi de garantir qu'il sera légitime, transparent et compréhensible par tous les intervenants du marché", a dit Viktor Khristenko.

    En ce qui concerne le projet de gazoduc nord-européen, des calculs préalables sont en cours. Des fonds ont été alloués par Gazprom à cet effet.

    Ce problème a été examiné par le Conseil des directeurs du holding et des négociations ont été entamées avec les pays intéressés, a ajouté le ministre.

    "Une fois ces calculs achevés, on pourra passer à la phase suivante, celle de la jonction de deux éléments fondamentaux : l'approvisionnement en ressources et les travaux à effectuer par les pays partenaires", a dit Viktor Khristenko.

    "La durée de l'étude de faisabilité d'un gazoduc nord-européen dépend dans une certaine mesure du programme de mise en valeur des gisements appelés à alimenter la future canalisation", a-t-il affirmé.

    Quant à savoir si les ressources seront suffisantes, cela dépend, entre autres choses, des canalisations déjà existantes qui servent à livrer du gaz aux principaux consommateurs en Europe", a fait remarquer le ministre russe de l'Industrie et de l'Energie.

    Lire aussi:

    Les sanctions US n'empêcheront pas de réaliser le projet Nord Stream 2
    La Russie et l’Inde pourraient lancer un projet gazier d’envergure
    Les exportations de gaz russe vers l’Europe augmentent de 12,3%
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik