Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La banque internationale Morgan Stanley chargée d'évaluer la fusion entre Gazprom et Rosneft

    Economie
    URL courte
    0 1 0 0
    MOSCOU, 11 novembre - RIA Novosti. La banque internationale Morgan Stanley a été officiellement chargée d'évaluer la fusion entre Gazprom et Rosneft, selon le Fonds russe des biens publics (RFFI).

    "Le Fonds des biens publics, le ministère du Développement économique et du commerce et l'Agence fédérale pour la gestion des biens publics (Rosimoustchestvo) ont sélectionné la banque d'investissement internationale Morgan Stanley et le groupe indépendant de conseil "2K Audit - Conseils d'affaires" comme conseillers pour la prochaine privatisation des actions de la société pétrolière Rosneft détenues par l'État et l'éventuelle fusion Gazprom-Rosneft", est-il indiqué dans un communiqué du Fonds dont une copie est parvenue jeudi à RIA Novosti.

    "Le conseiller a été engagé pour évaluer le coût des actions de Rosneft et de Gazprom, donner des avis nécessaires et accorder d'autres services de conseil pendant la privatisation des actions de Gazprom et l'éventuelle", a précisé le Fonds des biens publics

    Mercredi, le vice-Premier ministre russe Alexandre Joukov a chargé le ministère du Développement économique et du commerce d'évaluer les actifs avant la fusion de Gazprom avec Rosneft.

    Jeudi matin, le vice-ministre du Développement économique Andreï Charonov a confirmé que l'État avait choisi la banque Morgan Stanley à titre de conseiller financier.

    Le plan de fusion sera établi au terme de l'expertise.

    L'Etat engage un conseiller financier pour qu'il évalue la transaction du point de vue des actionnaires sans protéger les intérêts de la direction de Gazprom, selon M.Charonov.

    Gazprom a déjà engagé la banque Kleinwort Wasserstein à titre de conseiller financier pour la prochaine transaction.

    Lire aussi:

    Gerhard Schröder pourrait présider le conseil d'administration de Rosneft
    Schröder chez Rosneft: Merkel en colère
    Schröder: «Dans l’avenir, aucun Président russe ne renoncera à la Crimée»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik