Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Mise en place d'un laboratoire métallogénique russo-français

    Economie
    URL courte
    0 410
    MOSCOU, 15 novembre - RIA Novosti. La Russie a toutes les chances de découvrir de nouveaux gros gisements minéraux, a annoncé lundi le directeur du Musée national géologique Vernadski de l'Académie russe des sciences, Guennadi Kalabine, après la signature des documents statutaires d'un premier laboratoire métallogénique russo-français.

    "La mise en place d'un laboratoire de ce type revêt une importance non négligeable pour la Russie qui dispose de ressources naturelles immenses. La Russie a beaucoup plus de chances de découvrir de nouveaux gisements par rapport aux autres régions du monde", a-t-il expliqué.

    La métallogénie est une branche de la géologie qui recherche les premiers signes de gisements et assure la prospection géologique.

    "À l'heure actuelle, les prix des métaux sont en baisse continue sur le marché international. C'est pourquoi plus le gisement est grand, plus son exploitation est rentable", a estimé le directeur du musée russe.

    Selon lui, les études géologiques menées actuellement en Russie sont principalement liées à la sismologie, alors qu'en France les systèmes d'information géologique sont fortement développés.

    "Cette combinaison de deux points forts ouvre de nouveaux horizons pour prospecter de nouveaux grands gisements", a dit Guennadi Kalabine.

    Le directeur de la recherche au Bureau français de recherches géologiques et minières, Christian Fouillac, a pour sa part assuré que cette coopération jetterait une assise pour de nouveaux projets.

    "Un laboratoire métallogénique permet de régler les problèmes clés de la croissance et de la coopération économiques durables entre les pays", a résumé le chercheur français.

    Lire aussi:

    Bientôt une pénurie totale d'or?
    Gazprom étudie les perspectives de travaux sur le plateau continental libanais
    La Maison-Blanche veut permettre la prospection pétrolière en Alaska
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik