Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La Cour des comptes intensifie la lutte contre la corruption

    Economie
    URL courte
    0 8 0 0
    MOSCOU, 23 novembre - (RIA-Novosti). En 2004, le Parquet général a intenté 298 actions pénales pour infractions économiques et corruption suite aux vérifications effectuées par la Cour des comptes de Russie. C'est ce qu'a fait savoir le président de l'organe supérieur de contrôle financier de la Fédération de Russie, Sergueï Stepachine, au cours des audiences à la Douma d'Etat (chambre basse du parlement russe).

    Selon le président de la Cour des comptes, le pays perd quelque 5 pour cent de son produit intérieur brut du fait de la corruption.

    Sergueï Stepachine a indiqué que le niveau de corruption dépendait directement de la qualité des normes juridiques de l'Etat. "La lutte contre la corruption ne peut pas être efficace sans une révision considérable de la législation en vigueur", a-t-il souligné.

    Aux dires de Sergueï Stepachine, une méthode de révision a déjà été élaborée et testée sur les Codes foncier, forestier et d'autres. En outre, a-t-il relevé, la législation migratoire sera revue dans un proche avenir.

    S'agissant des problèmes de l'application de la législation russe dans le contexte de l'adhésion de la Russie à la Convention des Nations Unies contre la corruption (2003), aux Conventions pénale et civile du Conseil de l'Europe contre la corruption (1999), le responsable a indiqué qu'il s'agissait du début d'un travail long et fastidieux .

    Les audiences parlementaires à ce sujet ont été organisées par la Commission de la Douma pour la lutte contre la corruption. Elles visent à aligner sur les normes internationales la base légale russe dans le domaine de la lutte anti-corruption.

    Lire aussi:

    Lutte contre la corruption en Russie: Poutine met les points sur les «i»
    L’UE lance un projet anti-corruption pour l’Ukraine
    Porochenko désigne le coupable de la corruption en Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik