Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    L'agriculture commence à attirer les investisseurs

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 24 novembre - RIA Novosti. "Le secteur agraire est devenu attrayant pour les investisseurs", a déclaré le ministre russe de l'Agriculture.

    Intervenant ce mercredi à la séance plénière de la Douma fédérale, chambre basse du parlement russe, il a informé les députés qu'au cours des cinq dernières années le montant des investissements faits dans les immobilisations avait augmenté de 40% en 2003 pour atteindre 115 milliards de roubles.

    Il a annoncé que le nombre des exploitations déficitaires avait diminué en passant de 88% à 46% et que la superficie des emblavures avait augmenté, pour la première fois, en 2004.

    A son avis les changements positifs sont dus, entre autres, à l'effet de la crise de 1998 après laquelle les subventions inefficaces ont été abrogées au niveau fédéral au profit des dotations de base dont le nombre a augmenté, notamment pour les semences d'élite (de plus de quatre fois) et la sélection des races animales (de deux fois).

    La situation s'est encore améliorée après l'introduction à partir du 1er janvier 2004 d'un impôt unique sur les entreprises agricoles qui a remplacé quatre autres contributions qui existaient jusque-là.

    Cette année la production agricole globale s'est accrue de 1,5%, si bien que l'agriculture entre actuellement pour 8,5% dans le PIB, a affirmé le ministre.

    "Cette année l'agriculture sera rentable", a-t-il estimé.

    Le pays a rentré 76 millions de tonnes de céréales, soit neuf millions de plus qu'en 2003. Cette récolte suffit pour satisfaire les besoins intérieurs en blé alimentaire aussi bien que fourrager. Plus de huit millions de tonnes de grains seront exportés, a-t-il ajouté.

    La production de viande et de volaille affiche elle aussi une croissance : 15% cette année et 34% au cours des deux dernières années.

    Il y a cependant un fait préoccupant, la diminution du cheptel du gros bétail à corne, surtout celui des vaches laitières. Ce phénomène est dû, de l'avis du ministre, au faible prix d'achat du lait.

    Mais d'une façon générale, la situation financière des entreprises agricoles reste instable. Au cours des quatorze dernières années les prix des produits industriels ont augmenté beaucoup plus rapidement que ceux des produits agricoles. Ainsi si en 1990 une tonne de gasoil équivalait à 0,5 tonne de blé, en 2004 elle équivalait à 3,5 tonnes de blé, a dit Alexéi Gordeïev.

    Il faut y ajouter aussi l'usure du parc des machines agricoles qui est aujourd'hui de 65% à 70%, d'après le ministre.

    Alexéi Gordeïev a fait remarquer que le chômage touche 11% de la population rurale. 45% des chômeurs sont des jeunes. Ils sont obligés de quitter leur village et la main-d'œuvre agricole ne cesse de vieillir.

    Le salaire dans l'agriculture est plus bas que dans aucune autre branche économique. Il ne représente que 39% du salaire moyen pour l'ensemble du pays, a ajouté le ministre.

    Lire aussi:

    La Russie sera le premier exportateur mondial de blé en 2017
    La Russie reprendra la palme des exportations de blé, selon le ministre de l'Agriculture
    Comment le réchauffement climatique transforme la Russie en superpuissance agricole
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik