Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La Banque centrale de Russie ramène de 25% à 10% la part des recettes en devises que les exportateurs doivent convertir en roubles

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 26 novembre - RIA Novosti. La Banque centrale de Russie (BCR) vient de ramener de 25% à 10% la part des recettes en devises que les exportateurs doivent convertir en roubles.

    "Lors d'une session du conseil d'administration de la Banque centrale qui vient de s'achever, il a été décidé de réviser la part des recettes en devises soumises à la conversion en la ramenant à 10%", a indiqué le vice-président de la BCR, Konstantin Korichtchenko, dans un discours vendredi à Moscou au cours de la conférence internationale sur le thème: "Le rouble russe: 15 ans vers une monnaie libre et convertible".

    La décision de la BCR prendra effet dès publication, a-t-il précisé.

    Interrogé par RIA Novosti sur les conséquences éventuelles de cette décision, le vice-président de la Banque centrale a promis qu'il n'y aurait pas d'effet négatif. "L'impact sur la balance réelle du marché des devises sera à mon avis infime", a-t-il indiqué.

    L'impact sera positif pour les acteurs des échanges extérieurs qui, pour une raison ou une autre, ne disposaient pas de réserves suffisantes en devises pour respecter les conversions obligatoires. "La baisse de ce taux va les dégrever", a expliqué Konstantin Korichtchenko.

    Et d'ajouter que le taux sera progressivement réduit à zéro.

    Dans le même temps, le banquier s'est abstenu d'annoncer quelles seront les prochaines mesures de la BCR dans la voie de cette réduction. La prochaine fois, le taux pourrait être réduit à 0%, à 2% ou à 5%, a-t-il dit.

    À la question de savoir pourquoi ne pas avoir d'un coup réduit à zéro les conversions obligatoires des recettes en devises, le vice-président de la Banque a rappelé qu'elles étaient prévues par la loi en vigueur sur la réglementation et le contrôle des changes.

    "Si on ramène la norme à zéro, on supprime de facto ce mécanisme. Pour le moment, cela semble prématuré", a indiqué Konstantin Korichtchenko.

    Reste toutefois ouverte la question des interventions en euro.

    À l'heure actuelle, la Banque centrale pratique des interventions régulières (achats ou ventes) en dollars pour contrôler le rouble.

    Pour examiner sous un angle pratique la question des interventions en euro, la Russie devrait disposer d'un secteur liquide pour le commerce de la monnaie européenne, a expliqué l'expert.

    Les mesures déployées actuellement par le Marché interbancaire des changes de Moscou (MMVB) pour créer un segment substantiel du commerce rouble/euro pourraient améliorer fortement la liquidité du secteur, a estimé le vice-président de la BCR. À l'heure actuelle, le chiffre d'affaires des opérations rouble/euro au MMVB représentent seulement 1% des opérations rouble/dollar.

    Évoquant une question douloureuse pour beaucoup de Russes, celle de la baisse du dollar par rapport au rouble, Konstantin Korichtchenko a conseillé de ne pas accumuler d'épargnes en espèces, que ce soit en dollars ou en euros, en raison des fortes fluctuations des changes.

    À son avis, une forte chute du dollar est improbable. "Ce processus ne sera pas brusque. Une baisse progressive est tout à fait probable", a-t-il dit. Il existe à l'heure actuelle dans le monde un équilibre entre les forces qui sont favorables et celles qui sont défavorables à l'affaiblissement de la monnaie américaine, a résumé le banquier.

    Lire aussi:

    L’économie russe a tendance à «se dédollariser»
    Adieu dollar et euro? La Turquie veut commercer avec la Russie en devises nationales
    Ce casse-tête de Léon Tolstoï rend fous les internautes, et vous?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik