Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le ministre russe de la Défense est attendu en Inde et en Turquie

    Economie
    URL courte
    0 0 10
    MOSCOU, 30 novembre - RIA Novosti. Le ministre russe de la Défense, Serguéi Ivanov, entame ce mardi un voyage en Inde et en Turquie pour débattre avec ses homologues des problèmes de la coopération militaro-technique et envisager les moyens à mettre en œuvre pour la développer, annonce le ministère russe de la Défense.

    L'Inde et la Turquie sont actuellement des partenaires stratégiques de la Russie dans le domaine de la coopération militaro-technique (CMT).

    Mardi Serguéi Ivanov s'envole pour New Delhi où il participera à une réunion de la commission intergouvernementale russo-indienne pour la coopération militaro-technique.

    Il doit rencontrer le premier ministre Manmohan Singh, son homologue Pranab Mukherjee, le ministre des Affaires étrangères Natwar Singh et le conseiller du premier ministre à la sécurité nationale Nath Dixit.

    Le chiffre d'affaires de la coopération militaro-technique russo-indienne qui remonte à 1960 s'élève à 33 milliards de dollars, soit 70% environ de la totalité des importations indiennes d'armements.

    Cependant, les journaux indiens soulignent que l'influence de la Russie dans ce secteur commence à s'affaiblir car l'Inde fait de plus en plus confiance à Israël pour se faire livrer différents armements allant des systèmes de reconnaissance et d'observation aux équipements individuels.

    En même temps, l'ambassadeur d'Inde à Moscou, Kanwal Sibal, a plus d'une fois confirmé l'intention de son pays de développer activement la coopération militaro-technique avec la Russie et de rester un partenaire important.

    "Nous voudrions déborder le cadre de l'importation de matériel de guerre et de technologies militaires pour réaliser en commun des études et des développements et chercher des technologies nouvelles", avait-il dit antérieurement.

    Serguéi Ivanov avait déjà effectué une visite en Inde en janvier dernier.

    Cette visite à New Delhi durera jusqu'au 5 décembre. Ensuite le ministre russe se rendra à Istanbul pour examiner les problèmes de la coopération militaro-technique avec la Turquie.

    Il doit rencontrer le ministre de la Défense pour débattre des "problèmes de commun intérêt", selon le porte-parole du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

    Ainsi que l'annonce la presse turque, pendant la visite de Serguéi Ivanov les deux parties débattront du problème de la livraison à la Turquie d'armements, de matériel de guerre et de minutions russes, ainsi que d'armes et de matériel de fabrication commune, en premier lieu d'hélicoptères d'assaut Ka-50-2 Erdogan fabriqués sous licence.

    D'après les journaux turcs, on parle d'une éventuelle signature d'un contrat estimé à 2,5 - 3 milliards de dollars et portant sur la livraison de 145 appareils de combat à la Turquie.

    La coopération militaro-technique entre la Russie et la Turquie date de 1992. La Turquie est le premier pays de l'OTAN avec lequel la Russie a établi des relations dans ce domaine.

    En 1992, une rencontre entre l'ancien président russe Boris Eltsine et le premier ministre turc a abouti à une entente sur la livraison à la Turquie d'armements et de matériel de guerre russe pour 300 millions de dollars.

    Conformément à cette entente, la Turquie (la direction de la gendarmerie et le ministère de la Défense) s'est fait livrer des véhicules de transport de troupes BTR-60 et BTR-80, des hélicoptères Mi-17, des mitrailleuses PKMS, des fusils à lunette SVD, différentes munitions. Le chiffre d'affaires de cette coopération bilatérale se monte à 173 millions de dollars environ.

    A l'heure actuelle, plus de cinquante pays achètent du matériel de guerre et des armements russes pour assurer leur défense nationale ou pour participer à des opérations de paix.

    Lire aussi:

    La Turquie et l’Inde veulent se passer du dollar dans leurs échanges
    S-400: le coût du contrat entre Moscou et Ankara révélé
    Des chasseurs pour la royauté. Pourquoi les Cheiks ont besoin d’«ailes» de combat russes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik