Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le premier ministre irakien a eu un entretien fructueux avec le chef de Lukoil

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 8 décembre - RIA Novosti. Le premier ministre irakien Iyad Allaoui, en visite à Moscou, a eu un entretien avec le chef de la compagnie pétrolière russe Lukoil, Vaguit Alekperov. Il a annoncé cette nouvelle lors de sa rencontre ce mercredi avec les dirigeants des médias russes et a caractérisé cet entretien comme productif.

    Mardi, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Alexandre Saltanov, avait annoncé que la Russie et l'Irak avaient convenu de procéder à une révision (du haut) des contrats russes conclus avec l'ancienne direction irakienne.

    Après la prise de participation de ConocoPhillips dans le capital de Lukoil, Vaguit Alekperov a déclaré que les deux sociétés entameraient des négociations avec le gouvernement irakien pour confirmer le droit contractuel de Lukoil de réaliser le projet West Qurna-2.

    Une fois ces droits confirmés et toutes les concertations entre les organes d'Etat et les parties au contrat acquises, les sociétés projettent de conclure un accord complémentaire prévoyant la transmission par Lukoil à ConocoPhillips de 17,5% du contrat sur le partage de la production.

    Il est envisagé qu'à partir de là les participations au projet seront les suivantes : Lukoil gardera 51%, le gouvernement irakien 25%, ConocoPhillips 17,5% et nos partenaires russes 3,25% chacun, a expliqué Vaguit Alekperov.

    Il a souligné par ailleurs que la création de l'alliance avec ConocoPhillips ne modifierait pas la stratégie de réalisation du projet West Qurna-2.

    A ses dires, pendant trois ans la production serait maintenue au niveau de 0,5 million de barils par jour, celle de crête de 0,6 million de baril, ce qui pourrait rapporter 45 milliards de dollars environ au budget irakien.

    Les réserves prouvées du gisement sont estimées à 6 milliards de barils de brut. Les stocks accumulés pendant la durée du contrat peuvent être portés à 4,8 milliards de barils de pétrole et 56,4 milliards de mètres cubes de gaz pétrolier. Les investissements à faire dans la mise en valeur du gisement sont projetés au niveau de 4 milliards de dollars environ.

    Lire aussi:

    Les perspectives pétrogazières des USA sont gonflées au détriment de la Russie
    Moscou et Téhéran en route vers la signature de contrats pétroliers
    Production de pétrole: la Russie devance une nouvelle fois l'Arabie saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik