Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Russie-Grèce: L'ordre mondial au XXI-ème siècle doit reposer sur la primauté du droit

    Economie
    URL courte
    0 4 0 0
    MOSCOU, 9 décembre - RIA Novosti. La Russie et la Grèce ont exprimé la certitude que l'ordre mondial au XXI-ème siècle devait reposait sur les principes de la reconnaissance de l'indivisibilité, de la sécurité et de la prospérité dans le monde contemporain.

    C'est ce qu'on lit notamment dans la déclaration conjointe sur l'approfondissement des relations bilatérales, de l'amitié et de la coopération multiforme entre la Russie et la Grèce, document signé par le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, et le Premier ministre de la Grèce, Konstantinos Karamanlis, à l'issue de leurs négociations, ce jeudi, au Kremlin.

    Il est souligné dans ce document qu'un tel ordre mondial doit reposer sur la priorité absolue du droit, la prise en considération réciproque des intérêts de tous les Etats et les mécanismes d'élaboration d'approches collectives pour résoudre les problèmes clés des relations internationales et ce, avec le rôle central de coordination de l'Organisation des Nations Unies.

    Cette déclaration conjointe indique également que la Russie et la Grèce sont disposées à poursuivre leurs contacts intenses et énergiques dans le cadre du Conseil Russie-OTAN et de l'ensemble des relations entre la Fédération de Russie et l'Union européenne (UE). Pour sa part, la Grèce salue le développement impétueux des rapports entre la Russie et l'UE, tout en intervenant pour la mise en oeuvre dans l'immédiat des ententes enregistrées sur la création de quatre espaces communs.

    "Les parties sont unanimes à estimer que la mise en application la plus rapide possible des dites ententes compte énormément pour le renforcement de l'architecture globale de sécurité européenne", lit-on dans le document.

    "La Russie et la Grèce vont aussi poursuivre leurs consultations sur la situation à l'ouest des Balkans et ce, pour renforcer la stabilité et surmonter les conséquences négatives des conflits dans cette partie du monde", est-il indiqué dans la déclaration conjointe russo-grecque.

    En outre, signale le document, les parties estiment utile de déployer des mesures supplémentaires pour intensifier encore plus leurs échanges commerciaux. Le secteur énergétique est sans doute des plus prometteurs dans le développement des relations économiques et commerciales entre la Russie et la Grèce.

    La Russie et la Grèce ont convenu de promouvoir le projet de l'oléoduc Bourgas (Bulgarie) - Alexandroupolis (Grèce).

    "Les parties réaffirment leur ferme intention de promouvoir le projet de pose de l'oléoduc transbalkanique Bourgas - Alexandroupolis", constate le document.

    Les parties se sont également engagées à apporter tout l'appui politique nécessaire au projet en question et à déployer tous les efforts indispensables à l'élévation de l'attrait d'investissement et de la compétitivité de cet oléoduc par rapport à d'autres itinéraires d'alternative du transport de pétrole, lit-on dans la déclaration.

    Il y est aussi indiqué que la Russie se propose de poursuivre des fournitures stables de gaz naturel, de pétrole et de produits pétroliers en Grèce.

    La Russie et la Grèce vont, en outre, intensifier leur coopération pour construire les ouvrages de l'infrastructure énergétique sur le territoire de la Grèce, ainsi qu'en matière de développement de l'infrastructure d'électricité dans toute la région de la mer Noire.

    Les deux pays vont également examiner le projet proposé par la Russie en 1996 pour créer l'"Anneau électrique de la mer Noire".

    A part cela, les parties insistent sur la nécessité d'élargir la pratique de fondation de co-entreprises et de compagnies mixtes dans les sphères les plus différentes conformément à de nouvelles réalités économiques, tout en se prononçant en faveur de la mobilisation des investissements réciproques et pour une utilisation plus complète du potentiel de la coopération bilatérale dans l'industrie du tourisme.

    Il est aussi souligné dans la déclaration que la Russie et la Grèce entendent signer dans l'immédiat un programme de coopération culturelle et scientifique entre les gouvernements pour 2005-2007.

    Lire aussi:

    Les hackers grecs et turcs se lancent dans une guerre informatique
    La Grèce confirme son intérêt pour le gazoduc de la Russie
    Les USA poussent-ils l’Europe vers sa nucléarisation malgré elle?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik