Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le gouvernement peut décider du sort du "pipeline oriental" avant la fin de l'année

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 17 décembre - RIA-Novosti. Andrei Charonov, vice-ministre du Développement économique et du Commerce n'exclut pas que l'arrêté gouvernemental sur la construction du pipeline oriental apparaisse avant la fin de l'année. Il reste à régler certains problèmes.

    Il s'agit de la construction du pipeline allant vers le littoral du Pacifique pour transporter le pétrole des gisements de Sibérie occidentale et orientale.

    Il y a trois propositions d'itinéraires à étudier avant de prendre une décision définitive, a précisé le vice-ministre.

    En ce qui concerne le transport du pétrole, Andrei Charonov estime qu'à l'étape de la mise en valeur des gisements de Sibérie orientale, lorsque l'accroissement de la production sera insignifiant, il sera plus avantageux d'utiliser le chemin de fer. "Le débit du pipeline est prévu au niveau de 80 millions de tonnes, alors que les réserves confirmées de pétrole de Sibérie orientale ne constituent qu'environ 30 millions de tonnes", a fait remarquer Andrei Charonov.

    "Les pourparlers sont en cours avec "Transneft" (transporteur monopoliste russe du pétrole), les Chemins de fer de Russie et les compagnies pétrolières qui veulent travailler sur ce territoire, ainsi qu'avec les administrations régionales", a dit Andrei Charonov, en faisant remarquer que ces questions seront éclaircies prochainement.

    La réunion du gouvernement qui se tiendra la semaine prochaine décidera du sort difficile du pipeline oriental, dont l'idée revient à YOUKOS, compagnie aujourd'hui disgraciée, et que "Transneft" espère mettre en oeuvre. Cependant, certains experts affirment déjà que sa construction est désavantageuse du point de vue économique. "Transneft" a une opinion diamétralement opposée. Bien plus, Semion Vaïnchtok, président de la compagnie, a récemment laissé entendre qu'il accordait la préférence à ce projet, et non pas à l'itinéraire septentrional du transport du pétrole russe. Le coût maximal du projet est évalué à 16 milliards de dollars. Le pipeline allant de Taïchet (région d'Irkoutsk, Sibérie orientale) jusqu'à Nakhodka (port de la mer du Japon situé à 100 km à l'Est de Vladivostok) d'un débit de 80 millions de tonnes par an coûtera à peu près autant, si le gouvernement décide de ne pas construire la ramification vers la Chine. Mais il existe un autre itinéraire, selon lequel le pipeline passera d'abord à Skovorodino (région d'Amour limitrophe de la Chine), d'où 30 millions de tonnes de pétrole seront transportées à Daqing (Chine) et le reste, à Nakhodka. Dans ce cas, le coût de la construction diminuera d'environ 11,5 milliards de dollars.

    Lire aussi:

    La Chine a importé 100 M t de pétrole russe
    Turkish Stream: 50km du gazoduc déjà construit par Gazprom
    La fin de l'ère du dollar se précise? Pékin forcerait Riyad à acheter l'or noir en yuan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik