Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La Russie ne reniera pas ses intérêts nationaux pour adhérer plus vite à l'OMC

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 21 décembre - RIA Novosti. Les conditions supplémentaires posées par l'OMC à la Russie présentent une menace pour l'économie nationale, selon le directeur du département de la coopération économique du ministère russe des Affaires étrangères, Andréi Kondakov.

    Moscou estime que les principaux acteurs de l'OMC, ayant déclaré officiellement leur volonté d'achever les négociations avec nous, ne se lassent pas d'insister sur le prix trop élevé de l'entrée de la Russie à l'organisation.

    Dans un article publié par la revue "Expert", Andréi Kondakov déclare que "la Russie se voit poser des conditions que l'OMC n'est pas habilitée à réglementer". Il s'agit notamment du rapport entre les prix intérieurs et extérieurs des matières énergétiques, des vols aériens transsibériens, de l'annulation des taxes à l'exportation, des principes de la perception de la TVA sur les exportations de pétrole et de gaz.

    La condition la plus dangereuse pour l'économie russe est, selon Andréi Kondakov, l'exigence d'harmoniser les prix intérieurs et extérieurs des matières énergétiques, en premier lieu ceux du gaz.

    "Si nous acceptons cette condition, nos prix intérieurs augmenteront de plusieurs fois, ce qui équivaut à l'abandon de plein gré de l'un de nos avantages concurrentiels naturels", a souligné le représentant du ministère des Affaires étrangères.

    "Cela placerait la réforme actuelle du secteur énergétique russe sous le contrôle étranger", à son avis.

    "Il y va du sort de toute l'économie russe. C'est pourquoi toutes les décisions qu'on prend pour entrer à l'OMC doivent être bien réfléchies et prises sans hâte. La rapidité dans une affaire aussi sérieuse et durable est à l'arrière-plan car l'essentiel, ici, ce sont les engagements que nous contractons en réalité", a dit Andréi Kondakov.

    Il reconnaît cependant, dans son article, que du point de vue de la politique extérieure, une adhésion rapide à l'OMC promet effectivement certains avantages. "Elle serait une nouvelle confirmation convaincante que la communauté mondiale reconnaît notre option pour les transformations économiques et pour l'intégration dans l'économie mondiale et rendrait le marché russe plus attrayant aux investisseurs étrangers", a dit le diplomate russe.

    Cependant, à son avis, la préférence données aux considérations politiques fait naître en Occident l'illusion que l'utilité économique n'est pas un facteur décisif pour la Russie.

    "On a l'impression que dans le cas de la Russie les principaux membres de l'OMC s'efforcent de réaliser le scénario d'adhésion chinois qui se caractérisait par des efforts ciblés tendant à faire accepter des conditions notoirement excessives. En fait, ils cherchent à transformer les candidats à l'adhésion en un champ d'essais pour roder leurs propres conceptions et approches sur lesquels le consensus est toujours absent au sein de l'OMC", a affirmé le diplomate.

    L'adhésion de la Russie à l'OMC ne conduira pas à une croissance considérable des exportations russes, a-t-il ajouté.

    "Il est inutile de compter sur une flambée des exportations. D'une part, parce que la demande intérieure des produits nationaux ne cesse d'augmenter. D'autre part, parce que dès maintenant nous avons des accords bilatéraux qui nous offrent l'accès aux principales facilités tarifaires en vigueur à l'OMC", estime Andréi Kondakov.

    A son avis, le mécanisme civilisé de règlement des litiges commerciaux et de protection des intérêts économiques extérieurs que l'appartenance à l'OMC procure à la Russie, "ne permet cependant pas - et de loin - de compter sur un résultat, premièrement, rapide et deuxièmement, positif". Les matières combustibles et d'autres matières premières représentent deux tiers de la totalité des exportations russes ; or "ces groupes de produits ne sont pas soumis à des tarifs particuliers dans le commerce mondial", a fait remarquer le directeur du département de la coopération économique du ministère russe des Affaires étrangères.

    Lire aussi:

    Les Brics font front commun pour le libre-échange
    La Russie proteste contre les sanctions antirusses de Kiev auprès de l’OMC
    Poutine annonce son ordre du jour pour le G20
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik