Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    "Standard & Poor"s" a des doutes quant à la situation de "Rosneft"

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 24 décembre - RIA Novosti. L'agence internationale de notation "Standard & Poor"s" a placé sur la liste "CreditWatch" avec prévision en évolution la cote d'investissement de l'émetteur de "Rosneft" qui se trouve au niveau "B", lit-on notamment dans un communiqué de l'Agence.

    Ladite note est soumise à la révision après l'acquisition par "Rosneft" de la compagnie "Baïkalfinansgroup" - vainqueur de la vente aux enchères de 76,79% des actions de "Youganskneftegaz".

    Qui plus est, l'Agence a aussi laissé sur la liste "CreditWatch" avec prévision en évolution la cote d'investissement de "Gazprom" se trouvant, elle, au niveau "BB-". A signaler que la cote d'investissement de "Gazprom" a été mise en révision le 30 novembre dernier à la suite de la déclaration du consortium sur ses projets de participation à la vente aux enchères de "Youganskneftegaz".

    L'agence internationale de notation "Standard & Poor"s" fait remarquer que le transfert des notes sur la liste "CreditWatch" ne fait que refléter son incertitude quant au financement de l'acquisition, concernant les paiements à effectuer dans le cadre des impôts sur les actifs acquis et les risques d'éventuelles procédures judiciaires relatives à "Youganskneftegaz".

    Qui plus est, "Standard & Poor"s" est préoccupé par l'impact potentiel de l'acquisition en question sur la fusion continue de "Rosneft" et de "Gazprom", ainsi que sur la situation financière de ces deux compagnies.

    Le prix de "Youganskneftegaz" à la vente aux enchères a été de 9,3 milliards de dollars, dont 1,8 milliard de dollars ont été versés par "Baïkalfinansgroup" à titre d'acompte, le reste devant être versé dans le courant même de janvier prochain. Si ladite somme n'est pas versée dans toute son intégralité d'ici là, "Youganskneftegaz" pourra être nationalisée, fait remarquer l'Agence.

    Or, estime "Standard & Poor"s", un endettement à court terme de "Rosneft" à cause de l'acquisition de "Youganskneftegaz" et un non-respect dans ce contexte de ses créances peuvent bien exercer des pressions potentielles sur la cote d'investissement de "Rosneft".

    En outre, "Standard & Poor"s" fait remarquer qu'il est d'importants griefs fiscaux pour "Youganskneftegaz", alors que YOUKOS a intenté des actions en justice contre cette compagnie dans des tribunaux internationaux. Tout cela, estime l'Agence, ce sont des facteurs de risque, car cela peut tout bonnement limiter le financement de "Rosneft" et de "Gazprom" par des banques internationales, alors qu'un tel financement est tout à fait indispensable à l'achèvement de la transaction en cours.

    Quoi qu'il en soit, estime "Standard & Poor"s", les notes de "Gazprom" et de "Rosneft" peuvent bien être élevées s'il y a une preuve évidente de l'appui du gouvernement ou de la restructuration des arriérés fiscaux de "Youganskneftegaz".

    Somme toute, lit-on dans le communiqué de presse de l'agence internationale de notation "Standard & Poor"s", l'acquisition de "Youganskneftegaz" profitera aux activités économiques de "Rosneft", car "Youganskneftegaz" figure parmi les plus gros et les plus efficaces actifs de l'industrie russe du pétrole.

    Selon "Standard & Poor"s", si la fusion de ces compagnies se produit effectivement, "Gazprom" va tirer des avantages supplémentaires des actifs pétroliers récemment acquis, car les prix intérieurs du gaz restent toujours très bas.

    La question du retrait de cette compagnie de liste "CreditWatch" sera tranchée dès que l'Agence aura davantage d'information sur le financement de l'acquisition de "Youganskneftegaz", ainsi que sur la fusion de "Rosneft" et de "Gazprom", lit-on dans le communiqué de presse de l'agence internationale de notation "Standard & Poor"s".

    Lire aussi:

    Gerhard Schröder pourrait présider le conseil d'administration de Rosneft
    Schröder chez Rosneft: Merkel en colère
    Rosneft-ENI: les relations en plein essor malgré la guerre des sanctions
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik