Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    S&P confirme à BB- les notes de Gazprom et de Sibneft

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    MOSCOU, 29 septembre - RIA Novosti. Standard & Poor's a confirmé à BB- les notes des compagnies russes Gazprom et Sibneft, selon un communiqué publié sur le site officiel de l'agence de notation internationale.

    La perspective de la note de Gazprom reste "stable", celle de la note de Sibneft est passée de "stable" à "positive" après l'annonce par le géant gazier de l'acquisition de 72,7% de Sibneft pour 13,1 milliards de dollars.

    "La révision des perspectives de Sibneft traduit l'espoir d'une meilleure solvabilité de cette compagnie, grâce notamment à la présence de l'actionnaire majoritaire que sera Gazprom à l'issue de la transaction", a souligné l'analyste Elena Anankina, citée par le communiqué.

    Selon S&P, la nouvelle acquisition n'aura pas d'incidence sur la solvabilité et la perspective des notes de Gazprom, mais elle contribuera à diversifier les activités du monopole, permettra d'augmenter fortement son cash-flow et améliorera sa résistance face au risque de baisse des tarifs des hydrocarbures.

    "Nous estimons que Gazprom sera à même de rembourser l'acquisition, provisoirement financée par un emprunt de 12 milliards de dollars, car il attend 7 milliards de dollars de la part de Rosneftegaz (société publique) qui doit lui restituer avant fin 2005 le montant de 10,7% des actions de Gazprom achetées aux filiales de ce dernier", précise le communiqué.

    "L'acquisition de Sibneft permettra à Gazprom de consolider ses positions en tant que structure publique clé dans le secteur pétrogazier, stratégique pour la Russie", a résumé Elena Anankina.

    Lire aussi:

    L'ordre de saisie des actifs de Gazprom en Angleterre et au pays de Galles annulé
    Le russe Gazprom exporte une quantité de gaz record grâce à une «Bête de l’Est»
    Une nouvelle technologie de liquéfaction de gaz prochainement créée en Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik