Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Relations commerciales UE-Russie dans le domaine du gaz

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Aujourd'hui, le commissaire à l'énergie, M. Andris Piebalgs, et le ministre fédéral autrichien de l'économie et du travail, M. Martin Bartenstein, au nom de la présidence, ont écrit au ministre russe de l'énergie, M. Victor Khristenko, en réponse à des remarques récemment formulées en Russie concernant le marché énergétique de l'UE.

    MOSCOU, 4 mai - RIA Novosti. Aujourd'hui, le commissaire à l'énergie, M. Andris Piebalgs, et le ministre fédéral autrichien de l'économie et du travail, M. Martin Bartenstein, au nom de la présidence, ont écrit au ministre russe de l'énergie, M. Victor Khristenko, en réponse à des remarques récemment formulées en Russie concernant le marché énergétique de l'UE.

    Le commissaire Piebalgs et le ministre Bartenstein reconnaissent que la Russie, et plus particulièrement Gazprom, a été et demeure un fournisseur fiable de gaz naturel pour l'Union européenne. Ils considèrent important que cette relation soit maintenue, étant donné que l'UE se tourne vers la Russie pour des livraisons accrues de gaz à l'avenir. En outre, ils notent leur accord sur le fait que les contrats de fourniture gazière à long terme peuvent faciliter les investissements qu'il faudra réaliser en Russie pour répondre à la demande future. Selon les règles de l'UE en matière de concurrence, les contrats qui promeuvent de nouveaux investissements et d'autres bénéfices sont en principe considérés comme positifs.

    La lettre souligne que l'UE et la Russie se trouvent et doivent demeurer dans une position d'interdépendance mutuellement bénéfique. La Russie, d'une part, a besoin de prévisibilité et de la certitude que le marché de l'UE absorbera, à moyen et à long termes, le gaz extrait grâce à de nouveaux investissements considérables, et l'UE, d'autre part, a besoin de transparence et de la certitude que ces livraisons seront effectuées en temps voulu. De ce point de vue, le commissaire et le ministre se félicitent des récentes déclarations concernant la capacité de Gazprom à répondre à la demande future de l'UE; ils suggèrent qu'un partenariat UE-Russie dans le domaine de l'énergie soit développé plus avant, et que les relations soient davantage approfondies, au bénéfice mutuel des deux parties.

    Enfin, ils formulent des remarques concernant les préoccupations de Gazprom sur les limitations que pourraient imposer l'UE à ses aspirations à devenir une entreprise énergétique d'envergure mondiale. La lettre rappelle que de nombreuses entreprises énergétiques sont présentes sur les marchés du pétrole, de l'électricité et du gaz de l'UE, tant en amont qu'en aval. "Les règles appliquées dans le cas de Gazprom seront les mêmes que celles appliquées à ces entreprises et à toutes les autres, notamment les règles de concurrence inscrites dans le traité CE, et elles seront appliquées exactement de la même manière" précise la lettre. Le fait que Gazprom soit l'exportateur exclusif du gaz russe à destination de l'UE, alors que d'autres entreprises russes et groupes de sociétés étrangères disposant de réserves gazières seraient en position d'approvisionner le marché de l'UE, sera un élément important qui sera nécessairement pris en compte dans une analyse objective. Il n'est cependant, à l'évidence, nullement question d'aucune discrimination.

    Enfin, le commissaire Piebalgs et le ministre Bartenstein soulignent l'importance que l'UE attache à la ratification du traité sur la Charte de l'énergie ainsi que du protocole relatif au transit, un mécanisme précieux qui peut former la base d'une gestion à long terme du marché de l'énergie européen au sens large, y compris pour des questions telles que le droit de transit et l'accès de tiers, qui demeurent d'un grand intérêt pour l'UE.

    (Texte publié sur le site portail de l'Union européenne "EUROPA" (http://europa.eu.int/)

    Lire aussi:

    L'OMC «trahit» l'UE et soutient Moscou
    Gaz russe pour l'Europe: un nouveau record battu en 2017
    Salzbourg, ou l’agonie de l’UE?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik