Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Il faut rouvrir le chantier de la Centrale nucléaire d'Oural du Sud (directeur de Rosatom)

    Economie
    URL courte
    0 2 0 0
    TCHELIABINSK, 30 novembre - RIA Novosti. Sergueï Kirienko, directeur de l'Agence fédérale russe pour l'Energie nucléaire (Rosatom), juge nécessaire de reprendre le chantier de la Centrale nucléaire de l'Oural du Sud, suspendu en 1990 suite aux protestations des écologistes.

    "La Centrale d'Oural du Sud est intégrée dans le schéma général d'emplacement des installations de Rosatom qui sera examiné en mars prochain en conseil des ministres", a indiqué M. Kirienko lors d'un point de presse à Ozersk, un centre de l'industrie nucléaire près de Tchéliabinsk, dans l'Oural du Sud.

    "Je pense qu'il serait raisonnable du point de vue économique de construire cette centrale. Les régions de Tchéliabinsk et de Sverdlovsk (deux grandes régions industrielles d'Oural, ndlr) éprouvent déjà une pénurie d'électricité qui sera patente d'ici à 2010 ou 2011", a-t-il ajouté.

    "Cette centrale aurait dû être construite depuis longtemps", a-t-il déclaré.

    L'essentiel consiste maintenant à choisir un bon terrain en mesure d'accueillir les quatre réacteurs de la centrale, a conclu M. Kirienko.

    Mardi, le directeur de Rosatom avait annoncé aux journalistes qu'il était prévu de construire la Centrale nucléaire d'Oural du Sud équipée de quatre réacteurs VVER-1000.

    Le gouvernement de l'URSS avait entériné le projet de chantier de la Centrale d'Oural du Sud dans la région de Tchéliabinsk le 31 janvier 1983 mais les travaux de construction avaient été suspendus en 1990 faute de financement et en raison des protestations des écologistes. A ce jour, la centrale est prête à 10%.

    Lire aussi:

    La Terre bientôt frôlée par un astéroïde de 300 mètres?
    Un accord russo-indien sur la construction de Kudankulam-3 signé
    Et qu'arriverait-il si un avion s'écrasait sur une centrale nucléaire?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik