Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La migration massive des Chinois en Russie est un leurre (expert chinois)

    Economie
    URL courte
    0 5 0 0
    PEKIN, 10 avril - RIA Novosti. La migration massive de ressortissants chinois en Russie évoquée par certains médias russes n'existe pas, a déclaré mardi le chef de la section économie russe de l'Institut chinois des problèmes de la Russie, de l'Europe de l'Est et de l'Asie centrale, Cheng Yijun.

    Selon lui, le problème de la prétendue migration des Chinois en Russie est "une question très sensible" dans les rapports bilatéraux.

    Dans le même temps, Cheng Yijun a souligné qu'il existait différentes conceptions du problème de la migration.

    "Nous considérons comme des migrants ceux qui se sont installés de manière permanente dans un nouveau pays. Dans la presse russe, les migrants sont ceux qui viennent s'installer en Russie à court terme", a-t-il précisé lors d'un duplex entre le siège de RIA Novosti à Moscou et le Centre d'information russe à Pékin.

    Cheng Yijun a rapporté que selon les statistiques officielles, 17.000 ressortissants chinois s'étaient installés de manière permanente en Russie sur la période 1992-2006. Au cours de cette même période, 10.300 ressortissants russes se sont établis en Chine, a-t-il ajouté.

    Il a toutefois reconnu que la quantité réelle de citoyens chinois en Russie dépassait les 17.000, précisant néanmoins que les autres venaient en Russie pour des séjours de courte durée, notamment pour faire du commerce.

    L'expert a également signalé qu'un flux inverse de ressortissants russes venant travailler en Chine avait lieu simultanément.

    "Il y a pas mal de citoyens russes en Chine, il y en a même dans les régions les plus éloignées du pays, depuis le nord-est jusqu'à l'extrême sud", a-t-il assuré.

    "Je voudrais souligner qu'aux yeux des Chinois, la Russie ne représente pas le meilleur pays pour émigrer. De ce point de vue, la Russie n'a pas à s'inquiéter", a affirmé le chercheur.

    D'autre part, Cheng Yijun a déclaré que la Chine faisait face à un manque de main-d'oeuvre, dû à l'accélération du vieillissement de la population et à la diminution de la population active.

    "Dans ce contexte, nous ne pouvons pas nous permettre de stimuler une migration à grande échelle de la main-d'oeuvre en Russie ou dans d'autres pays", a-t-il souligné.

    Lire aussi:

    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    Pékin nie la militarisation des îles en mer de Chine méridionale
    Quand la Russie et la Chine se lancent dans la bataille médiatique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik