Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Hausse de 3 à 7% des importations de viande prévue en 2007 (MERT)

    Economie
    URL courte
    0 10
    BELGOROD (Russie centrale), 20 avril - RIA Novosti. Le ministère russe du Développement économique prévoit un accroissement de 3 à 7% des importations de viande en 2007, a annoncé lors d'une réunion à Belgorod (sud-ouest de la Russie centrale) Alexeï Sokolov, un des responsables du ministère.

    La réunion de Belgorod était consacrée à la réalisation du projet national "Développement de l'Agroalimentaire" (l'Etat réalise trois autres "projets nationaux" : Education, Médecine et Logement).

    Son collègue du ministère, Vitali Goudine, a annoncé lors de cette réunion que l'an dernier, les importations de viande des pays de l'"étranger lointain" (Etats hors ex-URSS plus pays baltes) s'étaient élevées à 3 171 600 tonnes, soit une hausse de 3% par rapport à 2005. Les importations en provenance des pays de la CEI, hors la Biélorussie, se sont chiffrées l'an dernier à 2 900 tonnes, par rapport à 64 600 tonnes en 2005.

    Le gouverneur de la région de Belgorod, Evgueni Savtchenko, a qualifié d'"accablantes" les prévisions ministérielles, estimant que cette année les importations de viande doivent se réduire de 300 000 tonnes. La production nationale doit augmenter, selon lui, de 180 000 à 200 000 tonnes pour la viande rouge et de 200 000 à 220 000 tonnes pour la volaille.

    Le ministre de l'Agriculture, Alexeï Gordeev, a appelé à défendre les intérêts des producteurs nationaux.

    "On se demande comment la viande surgelée importée d'outre-Atlantique peut être compétitive sur notre marché?" s'est-il interrogé, appelant à faire le maximum pour ouvrir le marché "à la viande russe".

    Alexeï Sokolov a annoncé que la consommation de viande par tête d'habitant s'est élevée à 57 kg l'an dernier, "niveau qui reste en-dessous du niveau de consommation de 70 à 75 kg dans les pays développés".

    La consommation de viande par tête d'habitant en Russie est trois fois moins élevée qu'aux Etats-Unis et deux fois moins importante qu'en France, en Allemagne ou en Grande-Bretagne, a indiqué le responsable. Cela témoigne de l'existence d'un "potentiel de croissance", a noté Alexeï Sokolov.

    L'année 2006 a vu se produire des changements de structure dans la production de viande en Russie, a-t-il ajouté. La part de la volaille est passée à 31% en 2006 contre 20% en 2002. Celle de la viande de porc n'a pas subi de changements substantiels, mais celle de la viande de boeuf s'est ramenée de 42% en 2002 à 33% en 2006.

    Lire aussi:

    La viande transformée est-elle mortellement dangereuse?
    Les Iraniens apprécient de plus en plus la viande de mouton halal importée de Russie
    Ce que nous mangeons en dit long sur notre humeur, selon des scientifiques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik