Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    L'Irak appelle les compagnies pétrolières russes à rétablir la coopération

    Economie
    URL courte
    0 1 0 0
    RIYAD, 26 avril - RIA Novosti. Les autorités irakiennes sont intéressées à rétablir la coopération avec les sociétés russes dans la sphère du pétrole et du gaz, a déclaré le ministre irakien du Pétrole, Hussein Shahrastani, rencontrant mercredi à Bagdad l'ambassadeur russe Vladimir Tchamov, rapporte l'Agence d'information saoudienne.

    La nouvelle loi sur le Pétrole récemment approuvée par le gouvernement irakien et qui ouvre, selon le ministre, "de vastes perspectives en matière d'investissements dans ce domaine", doit prochainement être soumise à l'examen du parlement. Aux termes de ce document, tous les contrats existants seront révisés et les nouveaux passés après des enchères "ouvertes, publiques et entièrement transparentes".

    Sous Saddam Hussein, les compagnies russes, dont pétrolières, bénéficiaient, en Irak, d'une situation privilégiée, en raison de considérations politiques. En dépit de ce fait, sous le nouveau régime, l'Irak "rend hommage à la coopération qui existait entre nos deux pays et espère que celle-ci renaîtra dans l'avenir le plus proche", et le ministre du Pétrole l'a fait bien savoir, a annoncé l'ambassadeur russe contacté par téléphone.

    Lors de cet entretien, Hussein Shahrastani a notamment attiré l'attention du diplomate sur la formation de spécialistes irakiens dans les écoles techniques russes au cours de ces dernières années.

    "L'Iran fait grand cas de la coopération dans cette sphère et espère qu'elle sera poursuivie", a précisé l'ambassadeur russe.

    Quant aux réserves pétrolières prospectées - 112 milliards de barils - l'Irak occupe la deuxième place mondiale après l'Arabie saoudite. Selon certaines estimations, les réserves globales de pétrole en Irak pourraient s'élever à 200 milliards de barils.

    Début avril, le russe Lukoil a annoncé ses projets d'aborder l'exploitation du gisement pétrolier irakien Qurna occidentale-2 juste après l'adoption de la nouvelle loi sur le pétrole.

    En mars 1997, un consortium dont faisaient partie Lukoil (68,5%), les russes Zarubezhneft (3,25%) et Mashinoimport (3,25%) et le ministère irakien du Pétrole (25%), ont signé un accord sur la mise en valeur du gisement Qurna occidentale-2, sur la base d'un accord de partage de la production. Sa durée était prévue jusqu'en 2020. Les réserves exploitables du gisement s'élèvent à 6 milliards de barils.

    Le régime des sanctions décrété contre Bagdad après la guerre du Golfe en 1991 ne permettait pas aux sociétés russes de réaliser des projets pétroliers en Irak.

    Annuellement, Lukoil organise des stages pour les spécialistes du ministère irakien du Pétrole : 59 experts les ont passés en 2004, 177 en 2005 et 146 en 2006. Ses stages et la formation d'étudiants irakiens sont réalisés conformément à un accord de coopération signé entre Lukoil et le ministère irakien du Pétrole en mars 2004.

    Lire aussi:

    En Iran, la Russie opte pour plus de 50 projets pétroliers et gaziers
    La Russie regagne son rang de premier producteur mondial de pétrole
    Production de pétrole: la Russie agit en conformité avec ses obligations
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik