Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Toyota pourrait choisir la Russie pour l'assemblage de son modèle à bas coût (Vedomosti)

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 14 janvier - RIA Novosti. Toyota envisage sérieusement de produire en Russie un modèle à bas coût dont le prix devrait se situer entre 7.000 et 10.000 dollars, rapporte lundi le quotidien Vedomosti.

    La possibilité de lancer la production de ce modèle dans l'usine pétersbourgeoise de la marque a été évoquée vendredi par Tadashi Arashima, le patron de Toyota Motor Europe.

    Si Toyota parvient à maintenir le prix dans la fourchette promise, il s'agira alors de l'automobile étrangère la moins chère en Russie, note Ivan Bontchev, expert pour l'industrie automobile chez Ernst & Young. Presque toutes les autres voitures à bas prix proposées par les marques étrangères coûtent plus de 10.000 dollars: la Chevrolet Lanos est vendue à partir de 10.000, la Renault Logan à partir de 10.700, la Hyundai Accent à partir de 12.000. Seule la chinoise Chery Amulet descend de peu sous cette barre, à 9.860 dollars. Le marché des voitures neuves à moins de 10.000 dollars est le terrain du russe AvtoVAZ, qui propose ses Lada Kalina (à partir de 9.700 dollars), et Samara (à partir de 8.500 pour la version coupé 3 portes), ainsi que sa ligne "classique" (à partir de 5.650 dollars). Chez AvtoVAZ, on s'est refusé à commenter les projets de Toyota.

    Cette voiture à bas coût renforcera encore plus les positions du constructeur japonais sur le marché russe, explique M. Bontchev. En 2007, le consortium y a vendu 157.000 voitures, ce qui fait de la Russie le plus gros marché d'écoulement pour Toyota en Europe. La direction du groupe a déjà fait savoir que la production à Saint-Pétersbourg pourrait être portée jusqu'à 200.000 - 300.000 unités.

    Toyota a lancé fin 2007 sa première usine à Saint-Pétersbourg, en investissant 200 millions de dollars dans le projet. L'usine sort des Camry à un rythme de 20.000 voitures par an. D'ici 18 mois, cette capacité pourrait être portée à 50.000.

    Le constructeur nippon examine la possibilité d'installer une deuxième usine en Russie en investissant 180 millions de dollars. La compagnie a déjà signé un mémorandum sur ce projet avec le ministère russe du Développement économique et du Commerce (MERT). En 2011, cette usine pourrait produire 50.000 voitures, et 100.000 dès 2012, indiquent les documents ministériels.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    La Chine attire les voitures électriques étrangères
    Un nouveau véhicule électrique «low cost» Tesla mis sur le marché
    Renault signe en Iran un accord de 660 M EUR
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik