Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Des sociétés russes se tournent vers la bourse de Francfort (Kommersant)

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 14 janvier - RIA Novosti. L'opérateur boursier Deutsche Boerse AG qui avait ouvert en mai dernier une représentation en Russie vient d'obtenir ses premiers résultats, lit-on lundi dans le quotidien Kommersant.

    Le holding d'investissement Finam est devenu en décembre membre de cette bourse. D'autres maisons de titres russes manifestent également un intérêt pour le travail à la DB. Selon les experts, pour l'instant, cette place financière n'intéressera que de petits courtiers orientés vers des compagnies de second ordre.

    D'après les données de la World Federation of Exchanges, fin novembre 2007, la capitalisation des compagnies dont les titres s'échangent sur cette place financière constituait 1.420 milliards de dollars, pour un volume d'échanges en 11 mois de plus de 4.060 milliards de dollars. Les titres de 56 sociétés russes, entre autres, Aeroflot, AvtoVAZ, Bachneft et Gazprom, s'échangent actuellement à la DB.

    Finam devient ainsi le deuxième courtier russe à recevoir le droit de travailler à la Deutsche Boerse. La société d'investissement Aton y travaille depuis 2004. A la fin de l'année dernière, la société d'investissement CentrInvest Group a signé un mémorandum de coopération avec la DB. Cependant, CentreInvest Group n'est pas membre à part entière de la Deutsche Boerse, et n'a pas le droit d'y conclure de transactions. "Nous avons l'intention d'utiliser la Deutsche Boerse comme une place pour les titres de sociétés russes de second ordre", a déclaré Oleg Preksine, président du conseil des directeurs de CentreInvest Group.

    Trois autres sociétés russes pourraient devenir membres de la bourse avant la fin du premier trimestre 2008, a fait savoir une source proche de la place financière. Les sociétés financières Otkrytie et Ouralsib envisagent également de devenir membres de la Deutsche Boerse. "Il y a un mois, nous avons ouvert un bureau à Francfort, nous envisageons de devenir membres de la bourse en été 2008", a indiqué Roman Lokhov, directeur de la société financière Otkrytie.

    "Tous les documents nécessaires pour adhérer à la bourse ont déjà été envoyés. Nous comptons recevoir la réponse positive des représentants de la Deutsche Boerse dans les mois qui viennent", assure une source au sein de la banque Ouralsib.

    De l'avis des experts, la DB pourra faire concurrence avant tout à AIM (Alternative Investment Market), subdivision de la Bourse des valeurs de Londres. Selon les résultats d'une étude réalisée par l'Université de Munich et l'European Business School, les dépenses globales de placement en bourse atteignent à Francfort 6 à 9% de l'IPO, alors qu'elles constituent 7 à 12% à Londres.

    Les experts estiment que, pour l'instant, le travail à la DB n'intéressera pas les acteurs russes importants. "Les volumes d'échanges de titres russes sont, pour l'instant, insignifiants à la bourse allemande, les principales transactions boursières s'effectuant au LSE, c'est pourquoi nous n'envisageons pas encore de devenir membres de la DB", confie Anton Atrachkine, directeur des relations publiques de Renaissance Capital.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    En Chine, les robots mettent banquiers et spéculateurs au chômage
    Deutsche Bank refuse de lever le secret sur les finances de Trump
    Le bitcoin continue de battre tous les records
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik