Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    L'accord sur la construction du gazoduc South Stream menacé d'échec (Gazeta.ru)

    Economie
    URL courte
    Le gazoduc South Stream (382)
    0 2 0 0
    MOSCOU, 17 janvier - RIA Novosti. A la veille de la visite de Vladimir Poutine en Bulgarie qui doit avoir lieu les 17 et 18 janvier, les dirigeants de ce pays ont déclaré que la signature de l'accord sur le projet de gazoduc South Stream pourrait être ajournée, lit-on jeudi dans le journal Gazeta.ru.

    Les experts estiment que le gazoduc devrait tout de même être construit, mais que la Russie devra pour cela faire des concessions.

    Selon le ministre bulgare de l'Economie et de l'Energie Petar Dimitrov, les parties sont en train d'examiner les droits de propriété des actifs. Mais, pour les analystes, la véritable raison est ailleurs.

    "Il s'agit là d'un grand jeu géopolitique, explique Dmitri Orechkine, chercheur à l'Institut de géographie de l'Académie des sciences de Russie. La Bulgarie est un pays pauvre, elle veut obtenir le maximum d'avantages de son adhésion à l'Union européenne qui essaie, à son tour, de diversifier au maximum les itinéraires d'approvisionnement en gaz, en réduisant la participation de la Russie. Cependant, la Bulgarie a également ses intérêts locaux, elle essaie de tirer le maximum de profit du transit de combustible russe, particulièrement de gaz russe".

    La Bulgarie va manoeuvrer entre l'Union européenne et la Russie. D'une part, elle est intéressée par les livraisons de produits énergétiques russes, de l'autre, elle voudrait éviter d'apparaître comme un Etat pro-russe aux yeux des Européens", explique Alexeï Makarkine, directeur général adjoint du Centre des technologies politiques.

    D'après lui, la présence de Sofia en même temps dans deux projets avec participation de la Russie (le deuxième projet étant l'oléoduc Bourgas-Alexandroupolis) pourrait détériorer l'image de la Bulgarie aux yeux de l'Europe qui tente de se débarrasser de la dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, c'est pourquoi les dirigeants bulgares feront preuve d'un maximum de prudence à l'égard de South Stream.

    Qui plus est, les Etats-Unis qui participent également à ce grand jeu ont eux-aussi leurs intérêts dans la région: le gazoduc South Stream fait concurrence au projet "pro-américain" de Nabucco. Si le gazoduc South Stream est construit, on n'aura plus besoin de Nabucco.

    Mais les analystes politiques estiment que la Russie peut contenir l'influence des Etats-Unis. "La Russie peut faire pression sur les Etats-Unis à l'aide de ses alliés en Europe, l'Allemagne et la France, qui sont très intéressés par les ressources énergétiques russes", estime Dmitri Orechkine. De toute évidence, (la partie russe) fera en Bulgarie des concessions considérables, car ce projet est important pour la Russie. En ce sens, selon Alexeï Makarkine, la visite du président russe en Bulgarie augmente les chances de succès du projet, sans toutefois les rendre absolues.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Dossier:
    Le gazoduc South Stream (382)

    Lire aussi:

    Abandon du projet South Stream: une défaite stratégique pour l'Italie
    Turkish Stream: la Bulgarie et la Serbie veulent signer
    Un South Stream est inévitable?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik