Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    GDF lorgne sur une compagnie d'électricité russe (Business & Financial Markets)

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 22 janvier - RIA Novosti. Gaz de France envisage de présenter une demande de rachat des émissions supplémentaires de la compagnie d'électricité russe TGK-10, et ce, en partenariat avec Lukoil, note mardi le journal Business & Financial Markets.

    Les analystes ne voient rien d'étonnant à un tel tandem, car le coût du paquet proposé à l'investisseur est très impressionnant et s'élève à 3 milliards de dollars. Par ailleurs, personne ne sait encore si cette proposition sera acceptée par Lukoil.

    Selon des sources proches de TGK-10, Lukoil n'a pas encore pris de décision définitive. La compagnie pétrolière n'a, pour sa part, fait aucun commentaire concernant cette information.

    "La question est de savoir à quel point la société intéresse Lukoil", indique Irina Filatova, analyste de BrokerCreditService. La compagnie pétrolière a déjà acquis des capacités de production d'électricité dans le Sud de la Russie, par l'intermédiaire du groupe financier IFD Kapital, en prenant le contrôle de TGK-8. L'acquisition de TGK-10 permettrait à Lukoil de réduire considérablement ses dépenses pour le transport de gaz et de pétrole, les centrales de cette compagnie de production d'électricité se trouvant dans les principales régions d'extraction de pétrole et de gaz, à savoir dans les régions de Tioumen (Sibérie) et de Tcheliabinsk (Oural), dans les districts autonomes des Khantys-Mansis et des Iamalo-Nenets.

    Irina Filatova évalue la capitalisation de TGK-10 à 1,8 milliard de dollars, compte tenu de la consolidation inachevée de la compagnie d'électricité de Kourgan, et l'expert de la société financière Otkrytié Vassili Sapojnikov cite de son côté un chiffre de 1,6 milliard. Ces évaluations correspondent à un prix de 612-613 dollars le kW de la puissance installée de TGK-10, ce qui est cher par rapport à tout le segment des compagnies d'électricité. L'investisseur devra payer 3 milliards de dollars pour le paquet de TGK-10 (l'Etat y détient 23% et les émissions supplémentaires représentent 53,6% du capital statutaire augmenté). C'est pourquoi la recherche d'un partenaire pour Gaz de France semble tout à fait justifiée.

    L'apparition d'un nouveau prétendant, tel que Gaz de France, aggrave la concurrence. Rosneft, le finlandais Fortum et le groupe minier russe Nornickel avaient déjà manifesté leur intérêt pour cette société. D'après M. Sapojnikov, les investisseurs sont attirés par le fait que compte tenu du rachat des émissions supplémentaires, le contrôle de la compagnie pourrait être obtenu sans toucher au paquet appartenant à l'Etat. L'absence d'actionnaire principal qui puisse à tout moment présenter une demande d'utilisation du droit préférentiel et garder ainsi le contrôle de la société fait également partie des facteurs qui rendent la compagnie d'électricité attrayante, explique l'expert.

    Le placement des émissions supplémentaires et la vente de la part de l'Etat à TGK-10 doivent avoir lieu en février-mars 2008. Lundi, les actions de TGK-10 ont chuté de seulement 1,31% à la Bourse interbancaire des changes de Moscou.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    Moscou et Téhéran en route vers la signature de contrats pétroliers
    Les ressources de Gazprom et d'Eurosibenergo intéressent les mineurs de cryptomonnaies
    Dans le noir complet: Kiev coupe l’électricité dans tout le Donbass
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik