Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    South Stream: une garantie de stabilité dans les Balkans (diplomatie serbe)

    Economie
    URL courte
    Le gazoduc South Stream (382)
    0 0 0 0

    L'accord économique entre la Russie et la Serbie portant essentiellement sur la construction du tronçon serbe du futur gazoduc South Stream et dont la signature est prévue pour vendredi garantira une stabilité économique à long terme dans les Balkans.

    MOSCOU, 24 janvier - RIA Novosti. L'accord économique entre la Russie et la Serbie portant essentiellement sur la construction du tronçon serbe du futur gazoduc South Stream et dont la signature est prévue pour vendredi garantira une stabilité économique à long terme dans les Balkans, estime le ministre serbe des Affaires étrangères Vuk Jeremic.

    "Les rapports entre nos deux pays se développent avec succès. Vendredi un accord économique d'une très grande importance sera signé", a noté le ministre serbe en rencontrant jeudi son homologue russe Sergueï Lavrov.

    Les deux ministres ont passé en revue le problème de la définition du statut du Kosovo qui cherche à devenir indépendant par rapport à la Serbie. Belgrade insiste toujours sur une vaste autonomie du Kosovo au sein de la Serbie et est prêt à poursuivre ses négociations avec les indépendantistes.

    L'accord sur la construction du tronçon serbe du gazoduc South Stream sera signé le 25 janvier à Moscou en présence de Vladimir Poutine, du président serbe Boris Tadic et du premier ministre serbe Vojislav Kostunica.

    Le système South Stream sera destiné à transporter de gaz naturel en Europe par les territoires de la Bulgarie et de la Serbie. Sa capacité annuelle sera de près de 30 milliards de mètres cubes de gaz par an.

    Dossier:
    Le gazoduc South Stream (382)

    Lire aussi:

    Belgrade s’attend à ce que le 2e pipeline Turkish Stream traverse la Serbie
    L’UE débloque 2 M EUR pour une campagne d’information en Serbie. Dans quel but?
    La Serbie sert-elle à contourner l’embargo? Un ministre à Moscou pour dissiper les doutes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik