Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Les employés étrangers de TNK-BP contraints de quitter le navire faute de visas (Kommersant)

    Economie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 1er juillet - RIA Novosti. Les actionnaires russes de TNK-BP sont sur le point de prendre le contrôle effectif de la compagnie, indique mardi le quotidien Kommersant.

    Les spécialistes étrangers de TNK-BP, dont des vice-présidents, commenceront à quitter la Russie dès la semaine prochaine: les visas et permis de travail de dix d'entre eux arrivent à expiration et ils n'en ont pas reçu de nouveaux. Si leurs papiers ne sont pas prêts avant fin juillet, tous les autres spécialistes étrangers de la société (environ une centaine), y compris le président de TNK-BP Robert Dudley, que les actionnaires russes veulent limoger, devront également quitter la Russie.

    Il est douteux que les nouveaux papiers soient délivrés avant ce délai. "La procédure prend au moins six semaines, par conséquent, même si elle commence aujourd'hui, le temps qui reste ne suffit pas", estime un interlocuteur du journal proche des actionnaires de TNK-BP.

    Les actionnaires russes de la compagnie, en conflit depuis quelques mois avec BP, copropriétaire britannique de TNK-BP, exigent la réduction du nombre d'étrangers et le licenciement de Robert Dudley.

    TNK- BP appartient à parité à BP et au consortium AAR constitué de trois actionnaires russes (Mikhaïl Fridman avec Alfa-group, Leonard Blavatnik avec Access et Viktor Vekselberg avec Renova). Un conflit concernant la gestion de la compagnie avait éclaté à la fin de l'année dernière entre actionnaires russes et britannique: AAR accuse les dirigeants britanniques, notamment le président de TNK-BP Robert Dudley, de diriger la compagnie uniquement dans l'intérêt de BP. AAR réclame le contrôle effectif de la compagnie et propose de changer la structure de gestion de TNK-BP qui favorise actuellement BP, mais les Britanniques ont refusé de le faire en se référant à un accord entre les actionnaires signé en 2003.

    Si Robert Dudley quitte la Russie, il pourrait perdre le droit de diriger TNK-BP. "Sans permis de travail, il ne pourra pas entretenir de rapports avec la compagnie. Sinon, celle-ci pourra être accusée de violation du Code du travail et de la législation sur les migrations", estime Maxime Tchernigovski, directeur du département analytique du cabinet juridique Vegas-Lex.

    Le problème des visas pour les étrangers "n'est pas pour aider BP dans ses négociations avec les actionnaires russes", estime Denis Borissov de la compagnie d'investissement Solid. Viktor Vekselberg a déclaré la semaine dernière qu'un accord préalable entre les actionnaires sur les nouveaux principes de développement et de gestion de TNK-BP pourrait intervenir avant le 11 juillet, jour de la réunion du conseil des directeurs de TNK-BP International (propriétaire de TNK-BP Holding), dans laquelle les parties sont à parité.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    Qui sera le premier producteur de ressources énergétiques en 2040?
    Gerhard Schröder et Alexandre Novak élus au Conseil d'administration de Rosneft
    Ioukos: les ex-actionnaires renoncent aux actifs russes, la justice russe confirme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik