Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Pétrole: Total et StatoilHydro vont devoir vendre 20% de Khariaga à une compagnie russe (Gazeta)

    Economie
    URL courte
    0 20
    MOSCOU, 8 septembre - RIA Novosti. Le français Total va devoir céder 10% du projet d'exploitation du gisement de Khariaga (district autonome des Nénets) à la compagnie publique russe Zarubezhneft, lit-on lundi dans le quotidien Gazeta.

    Une décision en ce sens a déjà a été prise par le ministère russe de l'Energie. Le norvégien StatoilHydro devra également céder 10% à la compagnie russe.

    Actuellement, le projet réunit Total (50%, opérateur), le norvégien StatoilHydro (40%) et la compagnie pétrolière des Nénets (10%).

    La valeur des 20% du projet a été maintes fois annoncée par les fonctionnaires: 3,7 millions de dollars (18,5 millions de dollars avaient été payés initialement pour la totalité du projet). Mais au ministère russe de l'Energie, on reconnaît que, depuis 1999, lorsque l'accord sur Khariaga avait été signé, la valeur des réserves de la compagnie a considérablement augmenté (elles constituent actuellement environ 97 millions de tonnes de pétrole). C'est pourquoi les 20% du projet devraient revenir bien plus cher au nouvel investisseur. Se fondant sur les estimations des analystes du secteur, qui évaluent Khariaga à presque 1,5 milliard de dollars (environ 2 dollars le baril de réserves prouvées), l'entrée dans le projet pourrait coûter à Zarubezhneft environ 300 millions de dollars supplémentaires. D'ailleurs, les experts doutent que ces dépenses soient à la portée de la compagnie. Mais Zarubezhneft peut parfaitement compter sur un rabais important lors de la vente, font remarquer les analystes.

    La possibilité de cession de 10% du projet par chaque investisseur étranger est prévue par l'accord de partage de la production régissant l'exploitation du gisement. Dans un premier temps, il était prévu que cette option sur Khariaga serait réalisée par Lukoil. En 2001, une décision à ce sujet fut prise par le gouvernement russe. Cependant, la compagnie n'avait pas pu profiter du droit accordé: Total a commencé à avoir de nombreux désaccords avec les autorités russes sur la partie dépenses du projet. Les difficultés qui ont accompagné l'approbation du devis avaient entraîné, comme traditionnellement, des accusations de violation des conditions de l'accord et une menace de retrait de la licence.

    Pour l'instant, on ne sait pas si Lukoil acceptera de céder son droit à 20% du gisement de Khariaga à Zarubezhneft: les représentants de la compagnie n'étaient pas joignables hier. Cependant, le président de Lukoil Vaguit Alekperov avait déclaré un jour que la compagnie n'avait pas l'intention de renoncer à son option. "Les puits exploités par le consortium appartiennent à notre compagnie. Ils nous ont été remis par l'Etat. Selon un accord signé avec le gouvernement russe, ces 20% constituent une compensation pour des pertes subies par Lukoil", a expliqué M. Alekperov aux journalistes. Il a notamment souligné dans une interview: "L'option est toujours en vigueur, et si des changements se produisent, Lukoil exercera son droit par voie de justice".

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    Moscou et Téhéran en route vers la signature de contrats pétroliers
    Pétrole: la Russie pourra accroître sa production si elle quitte l'accord OPEP+
    La Russie et la Chine prêtes à prendre la place des compagnies européennes en Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik