Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le gouvernement russe aidera AvtoVAZ: une initiative saluée par Renault

    Economie
    URL courte
    0 0 0 0

    Le français Renault, un des actionnaires principaux du constructeur automobile russe AvtoVAZ salue la déclaration du premier ministre russe Poutine sur les dettes d'AvtoVAZ et se déclare prêt à le soutenir par ses technologies et son matériel, a annoncé mercredi à RIA Novosti une porte-parole de Renault.

    Le français Renault, un des actionnaires principaux du constructeur automobile russe AvtoVAZ salue la déclaration du premier ministre russe Poutine sur les dettes d'AvtoVAZ et se déclare prêt à le soutenir par ses technologies et son matériel, a annoncé mercredi à RIA Novosti une porte-parole  de Renault.

    "Nous avons accueilli très positivement la déclaration de M.Poutine qui vise à restructurer AvtoVAZ et assurer son avenir. Le groupe français continue de soutenir à part entière la restructuration d'AvtoVAZ et le gouvernement russe peut compter sur le soutien de Renault en ce qui concerne les technologies, le matériel, la plate-forme et notre savoir-faire afin de permettre à l'entreprise russe de s'affirmer dans l'industrie automobile", a déclaré la porte-parole.

    Mardi, le premier ministre russe Vladimir Poutine a annoncé lors d'une réunion sur les problèmes économiques que le gouvernement avait l'intention de débloquer 54,8 milliards de roubles (1,352 milliard d'euros) pour résoudre les problèmes d'AvtoVAZ.

    Les pertes nettes d'AvtoVAZ pour la première moitié 2009 se sont  chiffrées à 14,2 milliards de roubles (328,6 millions d'euros) contre un profit net de 1,49 milliards de roubles (34, 5 millions d'euros) en glissement annuel.

    Les ventes se sont réduites de 50,2% au cours de l'année.

    Lire aussi:

    Afin de percer dans les nouvelles technologies, AvtoVAZ recrutera 350 ingénieurs russes
    L’industrie automobile russe lorgne sur l’Afrique
    La croissance de l’industrie automobile française en Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik