Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La Corée du Nord interdit les devises étrangères sur son territoire (médias)

    Economie
    URL courte
    0 510

    L'état déplorable de l'économie de la Corée du Nord a incité Pyonyang à interdire à partir du 1er janvier prochain la circulation des devises étrangères sur le territoire du pays, rapportent mercredi les médias chinois.

    L'état déplorable de l'économie de la Corée du Nord a incité Pyonyang à interdire à partir du 1er janvier prochain la circulation des devises étrangères sur le territoire du pays, rapportent mercredi les médias chinois.

    Selon l'agence d'information Chine nouvelle, le ministère nord-coréen de sécurité nationale a publié une directive interdisant d'utiliser les dollars, les euros et les autres monnaies étrangères à partir du 1er janvier 2010 pour payer les marchandises et les services. L'agence précise que l'usage des devises étrangères sera également prohibé dans les hôtels et les aéroports.

    L'interdiction concerne non seulement les citoyens du pays, mais aussi les étrangers qui avaient autrefois le droit d'utiliser les devises fortes pour payer leurs achats sur le territoire nord-coréen. Désormais, ils seront obligés de les changer contre les wons.

    La directive du ministère spécifie que les transactions illégales portant sur les devises étrangères seront "sévèrement punies": les sociétés convaincues de ce délit seront fermées et leurs biens, confisqués.

    Depuis quelques années, l'économie nord-coréenne se trouve dans une situation catastrophique. L'inefficacité de la politique économique, les catastrophes naturelles et les sanctions internationales décrétées en réponse au programme nucléaire de Pyongyang ont rendu le pays dépendant de l'aide des organisations internationales.

    Lire aussi:

    L’économie russe a tendance à «se dédollariser»
    L’impasse des sanctions américaines contre la Corée du Nord
    Pyongyang prépare une réponse décisive aux nouvelles sanctions US
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik