Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Le russe Gazprom, dixième société pétrogazière du monde (PFC Energy)

    Economie
    URL courte
    0 9 0 0

    Le russe Gazprom est la dixième des 50 plus grandes compagnies pétrogazières du monde en termes de capitalisation boursière au 31 décembre 2009, selon un classement publié par la société d'analyse américaine PFC Energy sur son site internet.

    Le russe Gazprom est la dixième des 50 plus grandes compagnies pétrogazières du monde en termes de capitalisation boursière au 31 décembre 2009, selon un classement publié mardi par la société d'analyse américaine PFC Energy sur son site internet.

    En 2009, la capitalisation de Gazprom a augmenté de 67% par rapport à 2008 pour se chiffrer à 144,2 milliards de dollars, selon le classement PFC Energy 50.

    Le leader du classement est la société chinoise PetroChina (353,1 milliards de dollars) qui a détrôné l'américain Exxon Mobil Corp. (323,7 milliards de dollars). La troisième place est occupée par l'australien BHP Billiton (201,1 milliards de dollars).

    Six autres sociétés russes font partie du Top 50 dont deux y figurent pour la première fois. Rosneft a bondi du 20e au 13e rang mondial après que sa capitalisation boursière eut augmenté de 125% pour atteindre 89,2 milliards de dollars. Lukoil a reculé du 26e au 25e rang, bien que sa capitalisation soit montée de 76%, à 47,8 milliards de dollars. Surgutneftegaz remonte du 33e au 32e rang après avoir repris 60% de capitalisation (31,9 milliards).

    Les deux nouveaux venus sont TNK BP, 36e avec 27,3 milliards de dollars (165%) Gazprom Neft, 40e avec 26,3 milliards de dollars (171%).

    Le groupe russe NOVATEK entre dans le classement PFC Energy 100, au 76e rang mondial avec 17,2 milliards de dollars (243%).

    Lire aussi:

    De quel pays viennent les touristes les plus généreux?
    Crypto-monnaies: la bulle risque-t-elle d’éclater?
    L'administration de Trump entend augmenter les dépenses militaires de 54 mds USD
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik