Ecoutez Radio Sputnik
    La crise de l'UE : le temps pour réfléchir ou le temps d'agir ?

    La crise de l'UE : le temps pour réfléchir ou le temps d'agir ?

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Pour lutter contre la construction  devenue instable de la zone euro, de l'UE en gros, la Commission Européenne a décidé, parait-il,  de passer aux actes.  Notamment,  il y a quelques jours, on a publié  un paquet de mesures anticrise dont la principale, c'est  l'exigence que tous les membres de l'Union présentent au début de chaque année le projet de leurs budgets nationaux à la commission  pour l'accorder. Le 17 mai, à Bruxelles, s'est ouverte la  rencontre de deux jours des ministres des  finances du groupe euro et de l'UE.

     Alors, est-il temps  pour la Grande Europe de passer aux actes ? Peut-être.  A part tout ce qui a été dit, les membres du principal club européen  sont tenus  d'accorder plus soigneusement entre eux leur politique économique.  En cas de violations  du Pacte de stabilité, le commissaire européen  à la politique économique et monétaire Olli Rehn  doit obtenir  automatiquement la possibilité de  leur faire payer des amendes.  Jusqu'à présent, c'était la responsabilité des  ministres des finances.  En plus,  il a été proposé  de suspendre l'aide financière  européenne aux régions faibles.  On a préparé une série de mesures pour prévenir la faillite éventuelle des membres de l'UE.

    On dirait que la solution est trouvée. Pourtant, si les uns appellent l'idée  du chef de la Commission Européenne José Manuel Barroso « la démarche la plus audacieuse »  sur la voie vers une intégration européenne totale,  d'autres parlent de « la fin  de l'unité européenne », non sans raison.  L'idée de la Commission Européenne  est déjà  surnommée  dans certains pays « le joug de Bruxelles.  Tout en admettant que l'UE traverse la crise la plus grave depuis son histoire, le chef du secteur de l'intégration de l'Institut de l'Europe Nikolaï Kavechnikov n'est pas aussi catégorique :

    Il n'est pas très clair que faire, dit le chercheur.   Une solution logique se présente : il faut une politique macroéconomique et budgétaire plus dure. Mais pas tous les pays  de l'UE sont d'accord pour continuer l'intégration.  Pour ce qui est des débats, cette solution est la pire de toutes.   La solution optimale, ce serait d'élaborer une politique économique  dure sans  discussions.

    Le philosophe André Glucksman  a exposé sur les pages du journal « le Figaro » un avis assez inattendu au sujet de la situation en Europe. Selon lui, il faut faire redémarrer le moteur traditionnel de l'intégration européenne allemano-français.  Nikolaï Kavechnikov  est certain que l'Union Européenne est devenue, grâce aux efforts des partisans  de l'idée,  une structure « grosse et hétérogène », que même les pays aussi gros que la France et l'Allemagne n'arrivent pas à pousser en avant.

    Lire aussi:

    Référendum aux Pays-Bas: l’accord d’association UE-Ukraine en sursis?
    Salzbourg, ou l’agonie de l’UE?
    La guerre de succession franco-allemande pour la tête de l’UE suspendue au vote populiste
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik