Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Prix du gaz russe: Gazprom en discussion avec la France et l'Allemagne

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Le russe Gazprom poursuit des discussions avec les sociétés gazières allemandes et françaises sur le prix du gaz russe, a annoncé Stanislav Tsygankov, chef du département de l'activité économique extérieure de Gazprom.

    Le russe Gazprom poursuit des discussions avec les sociétés gazières allemandes et françaises sur le prix du gaz russe, a annoncé lundi à Blagovechtchensk (région de l'Amour) Stanislav Tsygankov, chef du département de l'activité économique extérieure de Gazprom.

    "Nous discutons du mécanisme et des principes fondamentaux de la formation des prix", a indiqué M.Tsygankov devant les journalistes avant de préciser que les partenaires de Gazprom proposaient de revoir le prix à la baisse compte tenu des changements sur le marché du gaz, notamment la baisse de la demande provoquée par la crise économique mondiale et l'augmentation de l'offre.

    Le holding gazier russe vend actuellement du gaz en Europe dans le cadre de contrats à long terme et indexe le prix du bleu sur celui du pétrole.

    Fin mai dernier, le vice-président de GDF Suez Jean-François Cirelli a annoncé que le groupe français avait entamé avec Gazprom des négociations ayant pour but de modifier les contrats à long terme sur la livraison de gaz.

    L'allemand E.ON Ruhrgas avait antérieurement demandé à Gazprom Export (filiale du holding Gazprom) de réduire le prix du bleu acheminé vers l'Allemagne ou de modifier d'autres clauses contractuelles. Gazprom a accepté de vendre une partie du gaz aux prix spot (à court terme) qui sont environ 25% inférieurs aux prix des contrats à long terme.

    Lire aussi:

    Le russe Gazprom exporte une quantité de gaz record grâce à une «Bête de l’Est»
    Le géant russe Gazprom bat son record d’exportation quotidienne de gaz
    Une nouvelle technologie de liquéfaction de gaz prochainement créée en Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik