Ecoutez Radio Sputnik
    Conseil d'un malade à l'autre

    Conseil d'un malade à l'autre

    Economie
    URL courte
    0 01

    L'ancien économiste en chef de la Banque Mondiale,  le lauréat du prix Nobel, l'Américain Joseph Stiglitz propose  de renoncer totalement à la monnaie européenne unie. Où, au moins, de faire de sorte que l'Allemagne le fasse. L'expert estime que c'est l'unique moyen  de sauver l'Europe de la deuxième vague de la crise.  

    Toutes les mesures que prennent les pays européens pour diminuer le déficit du budget  rapprochent la deuxième vague de la crise.  Pour l'éviter,  il faut renoncer à l'euro et  reconnaitre  que cette expérience était un échec, estime Stiglitz. Il y a une solution moins dure :  faire quitter la zone euro à l'Allemagne. Si  Berlin  retourne aux Deutsche Marks, le cours de l'euro s'écroulera. La production européenne reviendra moins cher, et la demande mondiale pour les produits européens meilleur marché augmentera.  

    Les experts interrrogés par « La Voix de la Russie »  sont critiques  au sujet de cette idée. Ils disent que cette mesure ne peut résoudre le problème  qu'à court terme. Mais le renoncement éventuel de l'Allemagne à l'euro  rend douteuse la solvabilité  des membres les plus faibles de la zone euro. Les investisseurs retireront leurs fonds de l'Europe,  et le monde entier en subira l'effet. Plusieurs analystes sont convaincus que la déclaration de Stiglitz est une vraie attaque contre l'euro. C'est que, malgré toutes les difficultés de la Grèce ou de l'Espagne,  la situation autour de l'euro est stable pour le moment.  Elle est loin du scénario proposé par  l'économiste américain, a dit dans l'interview  à « La Voix de la Russie » le directeur du département de l'information analytique de la compagnie RBK Alexandre Yakovlev.  

    En réalité, tout n'est pas aussi tragique. Nous ne nous attendons pas à l'écroulement  immédiat  de la zone euro,  ne nous attendons pas à la sortie de l'Allemagne. Pour le moment,  ces idées  sont fantastiques, elles n'ont pas de fondement scientifique. Il est vrai  que  l'euro  a des problèmes, la zone  euro aussi. Mais qui n'en n'a pas eu au cours de  ces derniers 18 mois?  Plusieurs devises subissaient la pression.  

    Les  experts sont certains : les politiques  ne feront jamais cette démarche. L'idée de la monnaie unie est chère à chaque politique européen. Ils  ne pourront jamais avoir  les forces et le courage  d'y renoncer. Pour ce qui est des perspectives économiques des décisions pareilles,  un seul mot suffit pour les décrire : une catastrophe. Le retour potentiel du Deutsche Mark, de la drachme grecque ou de la lire italienne  provoquera l'attaque  des spéculateurs  contre cette monnaie. Et les experts préfèrent ne pas penser à l'avenir de l'économie mondiale après cela.

    Lire aussi:

    La fin de l’euro est-elle donc toute proche?
    Euro pour toute l’UE: une idée «complètement déconnectée des réalités»
    «Si on n’a pas de souveraineté sur sa monnaie, on n’a de souveraineté sur rien»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik