Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Economie russe: un banquier prédit des taux de croissance élevés

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    La Russie dispose de tous les atouts nécessaires pour générer des rythmes de croissance économique élevés à long et moyen termes, a annoncé mercredi à Moscou le PDG de Sberbank, Guerman Gref, lors d'un forum du groupe d'investissement russe Troika-Dialog.

    La Russie dispose de tous les atouts nécessaires pour générer des rythmes de croissance économique élevés à long et moyen termes, a annoncé mercredi à Moscou le PDG de Sberbank, Guerman Gref, lors d'un forum du groupe d'investissement russe Troika-Dialog.

    "Je suis optimiste pour la Russie et j'estime que nous disposons de capacités uniques d'obtenir des taux de croissance économique importants à long et moyen termes. Notre problème majeur consiste à concentrer nos efforts au bon endroit et à moderniser le pays", a-t-il indiqué.

    Pour rendre le développement de la Russie plus efficient, le banquier estime qu'il est indispensable que l'Etat réduise sa participation dans l'économie et qu'il accroisse la qualité de ses prestations.

    "Une fois ce problème est résolu avec une concurrence renforcée sur le marché, la Russie deviendra, j'en suis sûr, l'un des moteurs principaux de l'économie mondiale", a poursuivi M.Gref.

    En évoquant les avantages de la Russie par rapports aux autres pays développés, M.Gref a souligné qu'elle possédait une marge de manœuvre importante pour augmenter le rendement du travail. En outre, les produits russes sont fortement demandés sur le marché international. Enfin, le principal atout du pays reste le potentiel intellectuel.

    "Le cerveau russe est l'un des plus concurrentiel dans le monde", a conclu Guerman Gref.

    Lire aussi:

    À Davos, la Russie évalue ses perspectives de croissance
    Le FMI prévoit une reprise économique en Russie dès cette année
    Poutine: la croissance des investissements dépasse celle du PIB
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik