Ecoutez Radio Sputnik
Economie

Pétrole iranien: l'OPEP opposée à un embargo européen

Economie
URL courte
0000

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) espère que l'UE ne frappera pas d'embargo le pétrole iranien, dont les importations en Europe seraient très difficiles à remplacer par d'autres sources, a indiqué à Doha Abdallah el-Badri, secrétaire général du cartel.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) espère que l'UE ne frappera pas d'embargo le pétrole iranien, dont les importations en Europe seraient très difficiles à remplacer par d'autres sources, a indiqué mercredi à Doha Abdallah el-Badri, secrétaire général du cartel.

"J'espère vraiment qu'il n'y aura pas d'embargo de l'Union européenne", a déclaré devant les journalistes M.el-Badri, cité par les médias internationaux.

Et d'ajouter qu'il serait effectivement très difficile de remplacer les centaines de milliers de barils de pétrole importés chaque jour par l'Europe d'Iran.

Les chefs de diplomatie des pays de l'UE ont adopté des sanctions supplémentaires contre Téhéran pour l'empêcher de poursuivre son programme nucléaire. Les 27 n'ont cependant pas réussi à se mettre d'accord sur l'interdiction des importations de pétrole iranien, bien que selon les pays plaidant en faveur de l'embargo, cette mesure soit susceptible de priver Téhéran de sources de financement pour mettre au point une arme nucléaire.

Le ministre russe de l'Energie Sergueï Chmatko a déclaré plus tôt mercredi que la Russie ne jugeait pas nécessaire de participer à un embargo énergétique contre l'Iran, car elle était elle-même "un important exportateur de pétrole et de gaz qui ne consommait pas une seule tonne de produits énergétiques iraniens".

Des menaces de durcissement les sanctions contre l'Iran ont retenti après la récente publication par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) d'un rapport sur le nucléaire iranien. Selon ce document, Téhéran a cherché à se doter de l'arme atomique jusqu'en 2003 et pourrait poursuivre toujours ces activités. Le 18 novembre, le Conseil des gouverneurs de l'AIEA a adopté une résolution appelant l'Iran à permettre aux experts de l'AIEA d'inspecter ses sites nucléaires et à intensifier sa coopération avec l'agence.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres