Ecoutez Radio Sputnik
Economie

Caucase/tourisme: un représentant du président français dirigera le russe KSK

Economie
URL courte
04300

Un représentant spécial du président français a été nommé au conseil des directeurs de la société "Sites touristiques du Caucase du Nord" (KSK) qui met en place une zone touristique dans le Caucase du Nord avec le concours de la France, a annoncé la société sur son site internet.

Un représentant spécial du président français a été nommé au conseil des directeurs de la société "Sites touristiques du Caucase du Nord" (KSK) qui met en place une zone touristique dans le Caucase du Nord avec le concours de la France, a annoncé mercredi la société sur son site internet.

"Le représentant spécial du président français pour les relations économiques franco-russes, Jean-Pierre Thomas, est devenu membre du conseil des directeurs de KSK conformément à une décision des actionnaires", a indiqué KSK, détenue à 98% par l'Etat russe, le reste appartenant aux banques publiques Vneshekonombank et Sberbank.

"La France est l'un des partenaires principaux de la Russie dans la création d'une zone touristique au Caucase du Nord, le territoire de Krasnodar et la république des Adyguéens. KSK est l'opérateur de ce projet", a rappelé la société.

KSK et son partenaire français "France-Caucase", une filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC, France) forment actuellement une coentreprise baptisée "International Caucasus Development" en vertu de leur accord de coopération signé le 17 juin 2011.

"La France investira un milliard d'euros dans le capital de la coentreprise. Le montant total des investissements français dans la zone touristique atteindra 15 milliards d'euros", selon le communiqué.

Les investisseurs français participent à la création de la région touristique au Caucase russe malgré l'appel de la société écologiste Greenpeace à renoncer "à un projet violant la législation russe et internationale en matière de protection de l'environnement (…) et présentant des risques écologiques pour des sites naturels uniques".

Les Français comptent réaliser le projet en stricte conformité avec les normes écologiques internationales, a pour sa part indiqué Laurent Vigier, directeur des affaires européennes et internationales de la CDC, cité par le site de KSK.

Seul 1% du territoire des monts Caucase sera occupé par les sites touristiques, soit beaucoup moins que dans les Alpes ou les montagnes Rocheuses américaines, selon M.Vigier. Dans le même temps, la réalisation du projet permettra de créer plus de 330.000 emplois.

Le projet prévoit la création de cinq stations alpines: Lago-Naki (république des Adyguéens), Elbrouz et Bezengi (Kabardino-Balkarie), Arkhyz (république des Karatchaïs-Tcherkesses), Mamisson (Ossétie du Nord) et Matlas (Daghestan) d'ici 2020. Elles offriront 898 km de pistes de ski alpin, 179 remontées mécaniques et des hôtels pour plus de 89.000 lits. Les stations alpines pourraient accueillir 150.500 personnes par jour.

L'idée de créer la zone touristique a été formulée par les présidents russe et français, Dmitri Medvedev et Nicolas Sarkozy.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik