Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie et l'OMC: un risque justifié

    La Russie et l'OMC: un risque justifié

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    La Russie ne prend aucun risque en entrant dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Elle sera toujours en mesure de protéger ses producteurs contre la concurrence déloyale et la discrimination sur les marchés internationaux. Cela est prévu non seulement par le contrat que la Russie a signé, mais aussi par le règlement de l'organisation.

    La future adhésion de la Russie à l'OMC a été discutée au plus haut niveau. Lors d'une réunion avec Vladimir Poutine, la ministre du Développement économique Elvira Nabioullina a dressé un bilan des rencontres avec les entrepreneurs, qui se sont tenues en février. Avant l’adhésion à l’OMC, les hommes d’affaires russes étaient principalement préoccupés par la réduction des droits à l'importation et la capacité de concurrencer les producteurs étrangers. Nabiullina a indiqué que les autorités russes gardent la situation sous contrôle et sont prêtes à défendre leurs entreprises.

    «En effet, lorsque les entreprises parlent de l’adhésion à l'OMC, elles attirent l’attention sur une certaine réduction des droits à l'importation», explique la ministre du Développement économique. «Mais dans ce processus, il y a des avantages et des inconvénients. Nous nous attendons à ce que adhésion à l'OMC puisse nous permettre d’accroître nos exportations, éliminer les obstacles liés aux exportations et créer des conditions plus favorables pour attirer les investissements étrangers».

    Cette aide sera d'abord effectuée grâce à des mesures antidumping et les droits compensateurs, ce qui permettra d'aligner le prix des produits russes et de la production importée. Pour que les producteurs russes puissent avoir accès aux marchés internationaux, le gouvernement a également préparé plusieurs mesures. En premier lieu, le règlement de l'OMC prévoit déjà des mécanismes de protection que la Russie peut librement utiliser, estime l’analyste de l’agence économique Investcafé Ilia Ratchenkov.

    «L'OMC n’acceptera pas la discrimination des exportateurs russes. Par exemple, si à l'encontre des exportateurs russes des mesures discriminatoires sont introduites, la Russie peut en discuter avec l’OMC pour les protéger. Par ailleurs, il existe une certaine marge entre une taxe moyenne sur certaines catégories de produits qui existent actuellement en Russie, et le niveau moyen pour l'OMC. La Russie a même la possibilité d’augmenter certaines taxes».

    La Russie est toujours préoccupée par l'amendement de Jackson-Vanik, en vigueur aux Etats-Unis depuis 1974, ce qui peut empêcher l'établissement d’un partenariat entre les deux pays dans le cadre de l’OMC. En prenant parole récemment à l’Institut pour l’économie internationale (appelé plus communément Institut Peterson) à Washington, l'Ambassadeur des États-Unis en Russie, Michael McFaul a déclaré qu'il appuie l'abrogation de l’amendement, en précisant que des défenseurs de cette décision font partie de l’élite politique américaine. En fait, cette question sera retirée immédiatement après l'adhésion de la Russie à l'OMC, note Ilia Ratchenkov.

    «L’amendement de Jackson-Vanik contredit manifestement les règles de l'OMC. A certain un moment, cet amendement a été introduit contre les pays socialistes, qui limitaient l'immigration de leurs citoyens. Aujourd'hui, la Russie n'est plus un pays socialiste et elle ne limite pas l'immigration de ses citoyens. C’est pourquoi il n’y a plus de raison de garder en vigueur cet amendement. Après son adhésion à l'OMC, la Russie pourrait discuter de cette question au sein de l'organisation. Et il y a une grande probabilité que cet amendement soit désapprouvé par l’organisation et les Etats-Unis seront donc obligés de l’abolir».

    A l’heure actuelle, il ne reste plus que la ratification du protocole pour l’adhésion par la Douma d’Etat, pour que la Russie puisse intégrer officiellement l’OMC.

    Lire aussi:

    Les Brics font front commun pour le libre-échange
    Embargo sur le porc: Moscou peut aussi «attaquer en justice l’action intentée par l’UE»
    Ministre russe de l’Économie: la posture des USA a engendré des tensions au sein de l’OMC
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik