Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Renault-Nissan crée une coentreprise pour racheter AvtoVAZ

    Economie
    URL courte
    0 2 0 0

    L'alliance franco-japonaise Renault-Nissan et le holding russe des hautes technologies Rostekhnologuii créeront une entreprise chargée d'acheter le bloc de contrôle du premier constructeur automobile russe AvtoVAZ, rapporte jeudi le service de presse de la banque d'investissement Troïka Dialog.

    L'alliance franco-japonaise Renault-Nissan et le holding russe des hautes technologies Rostekhnologuii créeront une entreprise chargée d'acheter le bloc de contrôle du premier constructeur automobile russe AvtoVAZ, rapporte jeudi le service de presse de la banque d'investissement Troïka Dialog.

    "Le groupe Renault-Nissan investira environ 750 millions de dollars dans la mise en place de l'entreprise commune, tandis que Rostekhnologuii, pour sa part, s'engage à restructurer sa dette à des conditions avantageuses. Renault-Nissan obtiendra une participation majoritaire dans la coentreprise qui contrôlera AvtoVAZ. La transaction devrait être finalisée à l'horizon 2014", lit-on dans un communiqué diffusé par la société.

    Renault-Nissan, la banque d'investissement Troïka Dialog et le holding Rostekhnologii détiennent chacun une minorité de blocage (25% plus une action) dans le capital d'AvtoVAZ.

    En novembre dernier, une source proche des négociations a annoncé que Renault-Nissan comptait finaliser l'acquisition du bloc de contrôle d'AvtoVAZ en 2012. Renault détiendra alors 35% du capital d'AvtoVAZ et Nissan 15%.

    En février 2011, le PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn a déclaré que l'alliance comptait prendre le contrôle du groupe russe. La nouvelle entité Renault-Nissan-AvtoVAZ constituera alors le troisième constructeur mondial de véhicules derrière le japonais Toyota et l'américain General Motors.

    Lire aussi:

    Dans quoi roulait Poutine dans les années 90? Le Président passe aux aveux
    Les tensions qui pèsent sur l’Iran ne font pas broncher Renault
    La croissance de l’industrie automobile française en Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik