Ecoutez Radio Sputnik
    Se protéger de la zone euro

    Se protéger de la zone euro

    Economie
    URL courte
    0 0 0

    En cas du démembrement de la zone euro ou d’autres bouleversements se sont l’économie et le système financier de la Grande-Bretagne qui se trouvera la plus exposée.

    Sur la liste des pays éventuellement menacés par les difficultés de la zone euro la Russie est en 50e position, la Chine – en 112e. En cas du pire des scénarios la zone euro va détonner que tous en auront pour leur part – de l’Europe du Nord à l’Afrique du Sud, disent les experts. Mais à condition de s’y préparer, il est possible de minimiser les risques.

    Les analystes de la compagnie de consultations britannique Maplecroft ont calculé l’indice des risques, émanant de la zone euro et ont établi une liste de 169 pays, victimes éventuelles de force majeure.

    La publication d’une telle liste est bien logique et opportune, estime le dirigeant des projets du fonds d’investissements Hi Capital Corporation, Anton Lubitch. Actuellement les plus grands risques sont liés à la sortie de la Grèce de la zone euro, a noté l’expert dans une interview à La Voix de la Russie.

    Ce que la Russie est 50e est logique, parce qu’avant elle, passent les pays européens, membres de l’UE, des pays qui sont plus engagés dans le commerce avec l’UE. Mais la Russie est dépendante de la zone euro au regard du commerce du gaz naturel, qu’elle exporte. Et pratiquement tous les contrats de Gazprom sont conclus en euros et dans ce sens les positions de l’économie russe dépendent de la stabilité de la monnaie européenne.

    Anton Lubitch estime que la Russie peut se prémunir contre de possibles cataclysmes de la zone euro, en diversifiant les réserves internationales de la Banque de Russie. Mais ce serait dommage si la Russie ou un autre pays en souffre par la faute de responsables de la zone euro.

    Lire aussi:

    Euro pour toute l’UE: une idée «complètement déconnectée des réalités»
    Selon Macron, l’Allemagne «bénéficie des dysfonctionnements de la zone euro»
    «Si on n’a pas de souveraineté sur sa monnaie, on n’a de souveraineté sur rien»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik