Ecoutez Radio Sputnik
    Guignols band : le best off de nos élites sur la crise

    Guignols band : le best off de nos élites sur la crise

    © Collage: La Voix de la Russie
    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Beaucoup de lecteurs me demandent souvent, et de plus en plus, mes opinions sur tel ou tel sujet. Que les choses soient bien claires, je n’ai aucun talent de futurologue et doute sincèrement que quiconque en ait, même madame Soleil.

    Beaucoup de lecteurs me demandent souvent, et de plus en plus, mes opinions sur tel ou tel sujet. Que les choses soient bien claires, je n’ai aucun talent de futurologue et doute sincèrement que quiconque en ait, même madame Soleil. Bien sûr on aimerait que les nouvelles soient meilleures en cette fin d‘année, mais la réalité est bien la et la crise bien présente. Pendant que le rêve américain vire au cauchemar, la très grande majorité des élites européennes ont durant ces années prouvées qu’elles étaient globalement incapables d’appréhender la gravité des évènements qui se profilaient à l’horizon.

    Nombre de ces « spécialistes » méritent donc sans aucun doute plus le titre de charlatans que celui de spécialistes quand on voit leur aptitude à rebondir sans aucun remord ni sans aucune gêne, après certains propos pourtant tout simplement incroyables ! La fin de l’année est à ce titre sans doute le meilleur moment pour ressortir les phrases et prévisions les plus drôles, et les plus abouties. J’ai donc collecté avec l’aide de Maxime sur Facebook le petit florilège suivant, qui je suis certain plaira énormément aux lecteurs de La Voix de la Russie.

    « Le pire est derrière nous » affirmait en mai 2008 Dominique Strauss-Kahn, l’homme qui était alors président du Fonds Monétaire International et allait prétendre un peu plus tard à la présidence Française. Comme quoi c’est sans doute la France qui est passée juste à côté du pire.

    « Je pense qu'on a le gros de la crise derrière nous » rassurait de son côté Christine Lagarde en août 2008, alors qu’elle était ministre des finances de France, et ce juste trois ans avant qu’elle ne remplace Dominique Strauss-Kahn au poste de directeur du Fonds Monétaire International.

    « Cette crise n’est qu’une crise de confiance et je suis nettement plus optimiste qu’en Juillet dernier» avait bien senti le perspicace Alain Minc en octobre 2008.

    « Voilà pourquoi, nous maintenons notre scénario d'un Dow Jones à 10.500 et d'un Cac 40 à 4.000 d'ici un an» prévoyait avec certitude Marc Touati en mai 2009.

    « L’or est un placement vieux et pourri» assurait Marc Fiorentino il y a quelques semaines, alors que le premier septembre 2011, il assurait au contraire que « l’or était l’ultime valeur refuge».

    « Les peuples sont coupables de la crise »,rappelait Jacques Attali en novembre 2011, après avoir rappelé que l’Euro ne passerait sans doute pas la fin de l’année.

    « Les États-Unis ne font jamais marcher la planche à billets » rassurait François Lenglet le 15 avril 2012, lors d’un débat politique contre la présidente du Front National. Et pourtant il suffit d’écouter le président de la banque centrale des Etats-Unis Alan Greenspan en décembre 2011 à ce sujet pour s’assurer du contraire.

    Bien sûr il ne s’agit que d’extraits concernant l’économie et la crise, et la liste n’est pas exhaustive, mais il s’agit des extraits les plus convaincants.

    Tous ça pour vous dire chers lecteurs qu’on peut sans doute se poser la question de savoir si nombre de nos élites souffrent d’incompétence, de forte cécité ou bien alors des deux en même temps.

    Sur ce : bonne année, et rendez vous en 2013 !

    Lire aussi:

    «Voulez-vous m’épouser»: ces questions que nos lecteurs aimeraient poser à Poutine
    Après le «lundi noir», le système financier international irait-il vers un krach?
    L’économie mondiale, a-t-elle accumulé assez de «poudre» pour exploser?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik