Ecoutez Radio Sputnik
    UE : au Sud, rien de nouveau

    UE : au Sud, rien de nouveau

    © Flickr.com/Luigi Rosa/cc-by-sa 3.0
    Economie
    URL courte
    0 0 10

    Les experts de la société d’analyse RGE Monitor dirigée par le célèbre économiste américain ont publié un nouveau rapport économique portant sur l’avenir de l’Union européenne. Les prévisions ont le caractère « traditionnellement » alarmiste mais, à l’opposé des précédentes, ont toutes les chances de se réaliser.

    Il s’agit d’un autre tour de la crise au sud de la zone Europe, plus précisément en Espagne et en Italie. Commentaire de notre observateur Piotr Iskenderov.

    C’est à peine si les dirigeants européens ont repris haleine après de difficiles négociations du budget de l’Union pour 2014-2020 qu’un nouveau problème surgit. Le problème n’est pas tout à fait nouveau. Il a juste été provisoirement relégué au second plan. C’est le problème de l’avenir de la zone euro.

    La situation économique et financière de l’Espagne est extrêmement importante pour l’avenir de toute la zone. Si Madrid a recours au mécanisme européen de stabilité (ESM), la monnaie européenne unique sera inévitablement discréditée.

    Cependant, dans les semaines à venir les difficultés éprouvées par l’Espagne risquent de pâlir face aux difficultés que connaît actuellement l’Italie. Les élections qui se tiendront les 24 et 25 février dans ce pays, peuvent évincer du pouvoir la coalition dirigée par le Premier ministre « technique » Mario Monti. Pour les experts de RGE Monitor la victoire de la coalition avec Silvio Berlusconi à sa tête est un facteur de risque très important pour toute la zone euro. Il est clair que le gouvernement de Berlusconi ne va pas adopter la politique d’austérité budgétaire qui est l’un des axes essentielles de la stratégie anti-crise européenne en Italie et dans d’autres pays de la zone euro, a expliqué à La Voix de la Russie le professeur de l’Académie financière de Russie, Boris Roubtsov.

    « Il faut ici adopter des mesures rigides et exiger une discipline fiscale dans toute Union européenne. C’est ce qu’essayent de faire aujourd’hui les dirigeants européens. S’ils échouent, les perspectives de cet organisme d’Europe de l’Ouest semblent assez problématiques. Un certain « rétrécissement » de la zone euro sera tout à fait probable ». /L

    Lire aussi:

    L’Euro, à nouveau sur la sellette
    Euro pour toute l’UE: une idée «complètement déconnectée des réalités»
    Selon Macron, l’Allemagne «bénéficie des dysfonctionnements de la zone euro»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik