Ecoutez Radio Sputnik
    Chine : la plus grande puissance commerciale

    Chine : la plus grande puissance commerciale

    Photo : EPA
    Economie
    URL courte
    0 40 0 0

    Selon le bilan de l’année dernière, la Chine a pris la tête du commerce international. Pour la première fois de son histoire, elle a réussi à détrôner les États-Unis. Qui plus est, elle l’a fait avant terme. Les analystes ne prévoyaient pas un tel scénario avant 2016. Désormais, ils estiment que d’ici quatre ans la Chine deviendra également le leader mondial en termes de PIB.

    Le miracle économique chinois est passe de se réaliser. La Chine a dépassé les États-Unis en termes de volume des ventes. L’année dernière, Pékin a devancé Washington au niveau de ses importations et exportations de 100 mille milliards de dollars pour atteindre le chiffre total de 4 milliards de milliards de dollars. Selon Andreï Lousnikov, expert en chef de la société Finmarket, la raison réside dans la répartition de la demande intérieure des deux pays.

    « La Chine est impliquée activement dans le commerce international. Toutefois, ces dernières années, on observe un ralentissement des exportations chinoises. Par contre, les importations des États-Unis ont, elles aussi, diminué. Ce pays a fait beaucoup de progrès au niveau de l’importation des hydrocarbures. Les États-Unis vont s’orienter sur leurs sources intérieures, ce qui fera pencher la balance vers la Chine. »

    Si cette tendance se maintient, Pékin deviendra non seulement un leader dans la sphère commerciale, mais il se placera également en première position en termes de PIB. Cette tendance est clairement manifeste, mais il faut prendre en compte le fait que l’économie de la Chine dépend de la demande sur les marchés internationaux. Aujourd’hui, l’Europe et les États-Unis continuent de lutter contre les conséquences de la crise mondiale. Par conséquent, la Chine ne deviendra le leader international en termes de PIB qu’au moment où les pays développés se remettront définitivement de la récession économique.

    « La Chine va accroître sa production et va consommer beaucoup plus de produits locaux. Sa population va s’enrichir, ce qui entrainera l'augmentation du pouvoir d’achat. Grâce à sa grande population, la Chine pourra atteindre un rythme de croissance soutenu, c’est-à-dire augmenter le rythme de croissance de son PIB de 9-10 %. Par conséquent, cela pourra permettre à la Chine de se placer en tête de liste en matière de PIB, mais on ne sait pas encore dire si cela aura effectivement lieu en 2017. À mon avis, il s’agit de projections très optimistes », explique Andreï Schenk, analyste de la société Investcafé.

    Cependant, selon de nombreux experts, la Chine devra encore attendre sa suprématie économique. Le fait est que le dollar américain est solidement ancré dans les réserves de change de nombreux pays. S’en défaire rapidement équivaudrait à faire plusieurs pas en arrière sur le chemin du développement économique. La politique économique de la Chine est encore un frein qui l’empêche de détrôner les États-Unis prochainement. Le cours du yuan est toujours fixé par les autorités du pays. Andreï Zaostrovtsev, économiste indépendant, estime que tant qu’il en est ainsi, le statu quo va se maintenir sur la carte économique du monde.

    « Lorsque le cours de la monnaie n’est pas régulé par le marché, elle ne peut pas remplir la fonction de monnaie d'échange dans les relations économiques. Il faut donc cesser de la réguler soi-même et laisser le marché s’occuper de cela. S’il en est ainsi, le cours du yuan pourra doubler par rapport à son cours actuel. Et dans ce cas, les produits chinois perdront brusquement leur compétitivité. »

    Cela représenterait pour la Chine un vrai suicide économique. L’augmentation des prix du loyer, des salaires et, par conséquent, des prix de revient des produits vont rediriger le capital étranger vers le Vietnam, l’Indonésie ou le Bangladesh. Des dizaines de millions de Chinois perdraient leur emploi. Les conséquences d’une telle action seraient catastrophiques pour le pays. Mais vu que Pékin n’a pas encore élaboré un nouveau modèle économique, la Chine va garder son statut d'usine du monde. T

    Lire aussi:

    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    L'ancien ministre adjoint des Affaires Etrangères chinois enterre «l'époque de l'Amérique»
    Chine-Inde-USA: un triangle qui risque de perdre l’un de ses sommets?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik