Ecoutez Radio Sputnik
    Rosneft et ExxonMobil renforcent leur partenariat

    Rosneft et ExxonMobil renforcent leur partenariat

    © Collage: La Voix de la Russie
    Economie
    URL courte
    0 201

    De l’Alaska à l’Arctique russe. Le patron de Rosneft Igor Setchine et le PDG de l’américain ExxonMobil Steven Grinley ont signé hier un accord d’exploitation commune de nouveaux blocs sur le plateau continental arctique russe. Rosneft pourrait également obtenir une part dans l’exploitation de l’un des plus importants gisements de condensé de gaz de l’Alaska.

    Cet accord signé mercredi à Moscou, dans la résidence du président Vladimir Poutine, s’inscrit, selon les experts, dans le prolongement logique de leur alliance stratégique conclue en 2011. Celle-ci prévoyait la mise en valeur conjointe de l'Arctique russe, mais seulement de trois blocs.

    Le nouvel accord stipule l’exploitation conjointe de sept nouveaux blocs d'une superficie totale de 600.000 km2, dans les mers de Tchoukotka, de Kara et de Laptev. Les experts les considèrent comme très prometteurs, bien que très peu étudiés. Leur mise en valeur nécessite des ressources considérables et des technologies dont la partie russe ne dispose pas encore. En revanche ExxonMobil les possède, ce qui fait du géant pétrolier américain un partenaire très utile.

    « Pour le géant pétrolier Rosneft il est essentiel d’attirer un partenaire possédant l’expérience en matière de réalisation de projets semblables. Pour Rosneft il importe aussi d’avoir un partenaire financier et technologique pour exploiter sa propre base de ressources. Pour ExxonMobil c’est, bien entendu, un débouché sur une province très riche en ressources. Seulement, quel sera le coût de son exploitation ? », s’interroge Dmitri Alexandrov, en charge des études analytiques du groupe d’investissement Univers Capital.

    Quant à la compagnie russe Rosneft, elle obtient la possibilité d'acquérir 25% dans Point Thomson, d'importants champs gaziers dans la région de North Slope, dans le nord de l'Alaska, dont ExxonMobil est l’opérateur. Ce champ gazier représente près d’un quart des réserves avérées de gaz naturel sur le Versant septentrional de l’Alaska. Mais il ne s’agit pas seulement des ressources. Comme l’a remarqué M. Setchine, « la participation au projet Point Thomson permettra à Rosneft d’accéder aux plus récentes technologies touchant l’exploitation des gisements de condensé de gaz naturel dans des conditions climatiques très rudes.

    Les analystes n’excluent pas que les compagnies puissent aussi commercialiser les ressources. Rosneft et ExxonMobil ont l’intention d’évaluer ensemble la faisabilité du projet de production de gaz naturel liquéfié (GNL) en Extrême-Orient russe.

    Mais le plus cher maintenant c’est le temps, affirment les experts, en expliquant que le monde énergétique change rapidement. Et les technologies qui récemment encore étaient considérées comme onéreuses et non rentables, apparaissent toujours plus rationnelles alors que les ressources énergétiques ne cessent de renchérir. En conséquence, il importe d’agir rapidement et d’affermir ses positions sur les nouveaux marchés, sinon ces derniers trouveront d’autres fournisseurs. T

    Lire aussi:

    ExxonMobil veut chercher du pétrole en Russie malgré les sanctions
    ExxonMobil ne contournera pas les sanctions antirusses
    Journal US: le secteur pétrolier russe pas affecté par les sanctions occidentales
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik